Salle d'exécution par injection létale aux États-Unis (illustration).
Salle d'exécution par injection létale aux États-Unis (illustration).
Paul Harris/Getty
Заметка

Longue agonie pour Clayton Lockett, exécuté dans l'Oklahoma

Aux États-Unis, dans l'Oklahoma, l'exécution d'un condamné à mort, mardi 29 avril 2014, ne s'est pas déroulée comme prévu. Le condamné a succombé au terme d'une quarantaine de minutes d'une violente agonie, après l'expérimentation d'un nouveau type d'injection létale. Ce qui a provoqué le report immédiat d'une seconde exécution prévue juste après.
По RFI -

Clayton Lockett est mort mardi soir à 19h06 dans la prison de McAlester. Il a succombé à un infarctus, et non, comme prévu, suite à l'injection létale qui lui était destinée. Clayton Lockett, détenu dans le couloir de la mort pour le viol et le meurtre d'une adolescente en 1999, devait « expérimenter » une nouvelle procédure. Ce nouveau mélange de barbituriques a dû être employé suite au refus des fabricants européens de fournir l'anesthésiant le plus courant, du pentobarbital.

Une dizaine de minutes après le début de l'injection, l'homme s'est agité, manifestement en proie à de violentes souffrances. Selon la presse locale, Clayton Lockett se serait cabré de douleur sur la table d'exécution, le corps pris de tremblements intenses. Les autorités ont très vite fermé le rideau qui séparait la scène de la salle des témoins.

Le médecin chargé de superviser l'exécution a tout de suite ordonné l'arrêt de la procédure. Le prisonnier a succombé une quarantaine de minutes après. Un porte-parole de la prison a expliqué « qu'une veine avait éclaté et que les drogues n'ont pas fait le travail escompté ». En conséquence, le directeur a décrété le report de 14 jours de l'exécution du deuxième condamné Charles Warner, prévue à 20h.

La Maison Blanche a réagi en affirmant que l'exécution n'avait pas respecté les principes « d'humanité ».

Monsieur Lockett a reçu une première injection de midazolam, un sédatif. Dix minutes après, il a été déclaré inconscient par l’administration pénitentiaire. Et c’est ensuite qu’il a commencé à avoir des convulsions, à relever la tête de la table d’exécution, à agiter le haut de son corps, en émettant des grognements à plusieurs reprises. C’était plutôt inaudible. Le dernier mot qu’il a prononcé c’était «Man», «la vache». »

signe plus

 Graham Lee Brewer, journaliste local et témoin de l'exécution (00'57")

L'exécution de Clayton Lockett avait été reporté en mars 2014 faute d'anesthésiant pour les injections intraveineuses. Mais depuis, l'État de l'Oklahoma avait fini par s'approvisionner.

Ce fiasco était redouté par la défense qui avait déposé un recours il y a quelques semaines pour connaître les produits utilisés dans cette nouvelle procédure. Il relance bien évidemment le débat sur les « nouveaux cocktails » mortels réservés aux condamnés à mort dans certains États. Ces derniers sont soupçonnés depuis de nombreux mois de provoquer des souffrances atroces.

Опубликовано 05/09/2019 - Изменено 10/09/2019

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias