Marche pour Adama Traoré à Beaumont-sur-Oise le 20 juillet 2019.
Marche pour Adama Traoré à Beaumont-sur-Oise le 20 juillet 2019.
Kenzo Tribouillard / AFP
Заметка

Affaire Adama Traoré : trois ans après, une marche contre les «violences policières»

C'est la troisième année consécutive que la famille d'Adama Traoré a organisé un rassemblement à Beaumont-sur-Oise pour marquer la disparition du jeune homme, le 19 juillet 2016, décédé par asphyxie dans les locaux de la gendarmerie après une interpellation musclée. Les « gilets jaunes » et plusieurs associations étaient aussi là pour montrer leur soutien.
По RFI -

Avec cette nouvelle marche, la famille d'Adama Traoré espérait faire de cette journée « un acte historique » contre les « violences policières ».

À lire aussi : Affaire Adama Traoré: deux plaintes contre les forces de l'ordre

« Cette marche avec les "gilets jaunes" est un grand pas dans le combat contre les violences policières », a lancé Assa Traoré aux côtés de membres du comité Adama. « Le combat Adama met à nu ce système répressif et autoritaire, comment la France traite les personnes dans les quartiers populaires et surtout comment les violences policières sont considérées par ce système autoritaire », ajoute-t-elle. « On ne veut pas qu'en 2020, il y ait encore une marche pour Adama mais qu'il y ait un procès » précise la soeur d'Adama Traoré.

Adama Traoré : un symbole des « violences policières »

Depuis 2016, les proches d'Adama se rassemblent et « c'est un combat qu'on mènera jusqu'au procès. On aura la vérité pour mon petit frère, ils ont tué Adama Traoré mais ils ne tueront pas son nom ».

La manifestation est passée devant la caserne de gendarmerie où la mort d'Adama Traoré avait été constatée le 19 juillet 2016, peu après son arrestation au terme d'une course-poursuite. L'affaire, toujours à l'instruction, est depuis devenue un symbole des « violences policières ».

À travers ce combat, les manifestants défilent pour « toutes les victimes » des forces de l'ordre, avec un mot d'ordre: « Ripostons à l'autoritarisme ».

signe plus

 Reportage lors de la marche pour Adama Traoré à Beaumont-sur-Oise - Sylvie Koffi (01'13")
 

Revendications sociales communes

Plusieurs groupes de « gilets jaunes » ont appelé à se rendre dans cette petite commune du Val-d'Oise et à faire de la marche leur « Acte 36 » national.

Dans le cortège, des militants antifascistes, écologistes ou encore des collectifs de défense des sans-papiers. Tous ceux avec qui le comité Adama s'efforce depuis plusieurs mois de construire une « alliance de luttes ».

Plusieurs organisations, le PCF, la Ligue internationale des droits de l'homme (LDH) ou Amnesty International, avaient aussi appelé à se joindre à la marche, inquiets du « nombre inédit de blessés graves » lors des récentes manifestations, selon Amnesty.

« On veut faire de cette journée, de la banlieue et de Beaumont-sur-Oise, un centre politique important », explique à l'AFP Youcef Brakni, du comité Adama.

Parmi les personnalités ayant signé l'appel à manifester, les écrivains Annie Ernaux, Édouard Louis ou le sociologue Geoffroy de Lagasnerie.

Une nouvelle expertise médicale attendue

En mars, les juges d'instruction qui s'apprêtaient à clore leur enquête sans mettre en cause les gendarmes ont rouvert leurs investigations après la remise d'un rapport médical réalisé à la demande de la famille et qui contredisait les conclusions sur le décès, attribué jusque-là à l'état de santé antérieur du jeune homme.

► À lire aussiAffaire Adama Traoré: la famille fournit une nouvelle expertise médicale

En revanche, les juges n'ont pas encore ordonné une nouvelle expertise médicale annoncée en avril, après la remise du rapport fait à la demande de la famille.

Опубликовано 09/06/2020 - Изменено 19/06/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias