Madagascar: 15% des espèces de lémuriens sont en voie de disparition à cause de la pauvreté grandissante
Un lémurien dans le parc national de l'Isalo à Madagascar.
Yves Picq
Заметка

Madagascar: 15% des espèces de lémuriens sont en voie de disparition à cause de la pauvreté grandissante

À Madagascar, la pauvreté grandissante menace désormais un trésor unique de la biodiversité mondiale : 15% des espèces de lémuriens sont en voie de disparition dans la Grande Île. Première conclusion d'un atelier d'évaluation du statut des primates, en cours cette semaine dans la capitale malgache. Les lémuriens ce sont ces cousins du singe, symboles de Madagascar car toutes les espèces qui y vivent n'existent que dans le pays. Depuis quelques années ils sont principalement menacés par la déforestation mais aussi par un autre phénomène, lié à la pauvreté et à l'exploitation illégale des ressources du pays : de plus en plus d'habitants chassent les lémuriens pour se nourrir.
По RFI -

Des habitants de Madagascar de plus en plus pauvres mangent des lémuriens, c'est la conclusion alarmante de quatre ans d'enquête de l'association Madagasikara Voakajy.

Selon sa directrice Hanta Julie Razafimanahaka, un lémurien coûte, au kilo, six fois moins cher qu'un poulet, d'abord parce que les habitants disent préférer le goût d'un poulet à celui d'un lémurien.

Ensuite parce que les ruraux vendent leurs poulets en ville, qu'il y a plus de demande, et que ce sont des animaux d'élevages. Les lémuriens, eux, sont chassés aux fusils ou grâce à des pièges en pleine forêt, et sont revendus immédiatement après, tels quels.

Les clients sont devenus en majorité des migrants de tout Madagascar qui envahissent de plus en plus de zones rurales la recherche d'or dans des mines sauvages et illégales.

Il y a encore quelques années manger un lémurien était interdit par la coutume à Madagascar. Selon la Banque mondiale, le pays ne cesse de s'appauvrir depuis le début de la transition, en 2009.

Опубликовано 07/12/2015 - Изменено 07/12/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias