Аудио

Les futurs martiens seront des humanoïdes

Les futurs martiens seront des humanoïdes
Les ingénieurs de la Nasa travaillent depuis plusieurs années à la conception d’humanoïdes « robonautes ».
Nasa
Le premier représentant de l’humanité à poser un pied sur Mars ne sera peut-être pas un humain, estiment les ingénieurs de la Nasa. L’agence spatiale américaine travaille à la mise au point de ses robots humanoïdes martiens. Des bipèdes cybernétiques qui seront chargés d’accueillir les astronautes après leur long voyage vers la planète rouge.

Première diffusion le 29/11/2015

Remettons les pendules à l’heure ! Il est indispensable de trouver un consensus mondial sur le changement climatique dès cette année, prévenait en avril dernier Ban Ki-moon. « Nous n’avons pas d’autre choix, il n'y a pas de plan B, parce qu'il n'y a pas de planète B », ajoutait le Secrétaire général des Nations unies pour marquer les esprits. Ban Ki-moon a 100% raison !

Notre Terre est la seule dans le système solaire capable d’abriter la vie et jusqu’à preuve du contraire, aucune exoplanète gravitant autour des étoiles de la galaxie, n’a pas encore été identifiée comme un monde de rechange possible. Inutile donc d’imaginer pouvoir se réfugier sur Mars, c’est un monde hostile, aride et froid, son atmosphère d’une densité 1000 fois moindre que la nôtre, est irrespirable.

Par ailleurs, envoyer des êtres humains vers la planète rouge avec les technologies actuelles est à la fois dangereux et coûteux, comme le rappelle constamment l’Agence spatiale américaine. Il faut bien se faire une raison ! Le premier bipède à poser un pied sur Mars ressemblera certes à un humain, mais sera entièrement électronique avancent les ingénieurs de la Nasa qui travaillent depuis plusieurs années à la conception d’humanoïdes « robonautes ».

1m90, des biceps mécatroniques plein les manches, comme aurait pu le chanter Claude Nougaro,  ces colosses de 125 kilos de la série Walkyrie hantent les écrans noirs et les nuits blanches des experts de l’agence. En effet, leurs robots sont costauds mais font preuve d’une intelligence artificielle trop primaire qui ne les rend pas particulièrement autonomes.

C’est la raison pour laquelle la Nasa a décidé d’envoyer deux prototypes de « Walkyrie » au MIT, l’Institut des Technologies du Massachusetts et à l’université de Boston aux États-Unis afin de parfaire leur éducation. Ces deux grands laboratoires ont reçu 250 000 dollars par an pour optimiser leur performance tant sur le plan logiciel que sur les composants et capteurs d’environnements des machines, le cursus de mise au point devrait durer deux années.

À terme, l’Agence spatiale américaine souhaite faire de ces humanoïdes, des éclaireurs de l’espace qui assisteront les astronautes pendant leur voyage, tandis que d’autres déjà présents sur la planète rouge, seront chargés les accueillir.

En définitive, Mars deviendra peut-être notre planète « plan B », en revanche, la rendre habitable pour sauver l’humanité d’un désastre climatique, même avec l’aide de nos amis les robots, prendra quelques millénaires ! Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

Опубликовано 18/01/2016 - Изменено 18/01/2016 - По Dominique Desaunay

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias