La découverte de l’Homo naledi laisse les scientifiques perplexes
Le professeur Lee Berger a mené l'exploration en Afrique du Sud aboutissant à la découverte de l'Homo naledi.
Stefan Heunis/AFP
Заметка

La découverte de l’Homo naledi laisse les scientifiques perplexes

Une équipe de chercheurs a annoncé, le 10 septembre 2015, avoir fait la découverte en Afrique du Sud d’une nouvelle espèce du genre humain : l’Homo naledi. Il n’a pas encore été daté mais fait déjà l’objet de controverses.
По RFI -

Les ossements de l’Homo naledi ont été retrouvés à 60 kilomètres de Johannesburg, sur un site archéologique nommé le « berceau de l’humanité », en raison de sa concentration importante de fossiles.

Ses caractéristiques physiques et physiologiques laissent les scientifiques sceptiques : est-ce réellement une nouvelle espèce ? L’Homo naledi présente en effet des traits primitifs, comme son petit cerveau de la taille d’une orange. Mais ses mains ou ses pieds le rapprocheraient davantage de l’homme moderne.

Plusieurs scientifiques de renom affirment déjà que l’Homo naledi ne serait qu’une variante d’une espèce plus ancienne de l’être humain.

L’Homo Naledi pratiquait-il des rites funéraires ?

Les 1500 ossements appartenant à une quinzaine d’individus ont été retrouvés dans une cave presque inaccessible. Que faisaient-ils là ? Selon le chef d’exploration, le paléontologue Lee Burger, il pourrait s’agir d’une forme d’inhumation. Cette hypothèse aurait des implications considérables, car jusqu'à présent, seuls les Homo sapiens étaient connus pour pratiquer des rites funéraires.

Mais là encore, les avis des scientifiques divergent. Ce groupe d’individus aurait pu avoir été pris dans un piège mortel, ce qui expliquerait leur localisation. Simple curiosité ou découverte importante ? Il faudra attendre que ces fossiles soient datés pour en avoir la certitude.

Опубликовано 31/12/2015 - Изменено 31/12/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias