Étang de Brenne
Étang de la Sous en Brenne, France.
Jacques Le Letty
Заметка

La Brenne, une « zone humide d’importance internationale »

Au loin deux hérons pourprés émergent des roselières, une élégante guifette moustac quitte un nénuphar et le vol vif d’un martin pêcheur au plumage bleu rase le plan d’eau en faisant vibrer l’air avec un cri aigu : riche de quelque 2300 étangs, la Brenne abrite une importante population d’oiseaux dont de nombreux migrateurs qui viennent là pour nicher, trouver refuge et nourriture; Propriétaires des étangs, pisciculteurs, chasseurs et agriculteurs veillent, aux côtés des ornithologues et des naturalistes, au développement durable de ce parc naturel façonné par l’Homme, et à la bonne santé économique de la région.
По Dominique Raizon -

Toutes saisons confondues le parc naturel de la Brenne qui, selon la classification UICN, figure au 4ème rang des Zones humides françaises d'importance internationale, est fréquenté par 40 à 45 espèces inscrites à l'annexe I de la directive « Oiseaux » -soit environ 80% des espèces régulièrement présentes en région Centre. Plus de 200 espèces d'oiseaux y sont visibles au cours de l'année et ce grâce à la grande diversité de paysages -et des écosystèmes qui leur sont liés. Les étangs aux fonds plats, peu profonds et bordés de roselières côtoient landes, prairies (humides ou sèches), pâturages, forêts, buttes de grès couvertes soit de mousses et de lichens soit de lande sèche.

La Brenne, réputée aujourd'hui pour sa faune et sa flore exceptionnelles, a été façonnée par l'homme. Pendant des siècles elle a été une terre de désolation. Si, aujourd'hui la nature conserve ses droits, c'est parce que l'homme continue d'entretenir son héritage.

Thibaut Michel, Ornithologue, chargé de l'accueil du public (00:55)

Sous l’eau il y a plusieurs millions d’années, cette cuvette s’est petit à petit comblée et, il y a  2000 ans, le grand plateau argileux était couvert de forêts. Région insalubre, au sol relativement imperméable et donc peu fertile, les hommes ont alors aménagé, au Moyen âge, les marais en étangs pour y pratiquer la pisciculture. Si cette contrée est volontiers désignée comme « le pays aux mille étangs » alors qu’elle en compte plus de deux mille, elle doit en fait sa grande richesse de biodiversité à une couverture végétale très variée, qui satisfait toutes les exigences écologiques d’oiseaux terrestres, aquatiques, nicheurs et migrateurs.

La protection de ces espèces patrimoniales font l’objet de priorités d’action dans la politique européenne de conservation de la nature, dans le cadre de Natura 2000. Pour attirer des espèces d’oiseaux aussi diversifiées, il est impératif, souligne l’ornithologue, de veiller à protéger tous les types d’habitats et de ressources alimentaires qui répondent à leurs besoins écologiques. Les  étangs sont régulièrement entretenus : « au bout de quelques dizaines d’années un étang se comble tout seul, explique Thibaut Michel, il est donc nécessaire de passer par de régulières périodes dite "d'assec", à l’automne ou à l’hiver, afin que le fond des étangs puisse se reminéraliser, qu’une végétation variée recolonise le sol. À nouveau rempli d’eau claire et ré-empoissonné, l’étang assurera le maintien de la biodiversité ».

Les étangs sont majoritairement privés. Le Parc n'a pas vocation à imposer aux agriculteurs, chasseurs et pisciculteurs l'adoption de telle ou telle mesure, mais à les conseiller pour maintenir un tissu social et agricole respectueux de l'écologie.

Thibaut Michel (02:56)

« Nettoyer un étang, poursuit-t-il, permet de bien entretenir la chaîne alimentaire et de bien gérer un écosystème ; si tel étang, par exemple, est ré-empoissonné avec des petits gardons, cela permettra de garder des eaux claires : comme ce poisson ne remue pas la vase, la lumière pénètrera mieux dans l’eau, la végétation s’y développera donc plus favorablement, les eaux ne seront pas troublées et les grèbes y trouveront favorablement à s’y nourrir tant de petits poissons que de larves d’insectes ».

D’autres oiseaux appelés limicoles -comme le vanneau huppé, le chevalier gambette ou le courlis courlieu- ont besoin d’une vase riche et dense pour trouver de petits vers en la fouillant de leurs longs becs. Si le vanneau en phase de nidification préfère les parcelles avec une herbe assez rase (en général moins de 10 cm), le chevalier, quant à lui, utilise une gamme plus large. D’autres oiseaux ont besoin de nénuphars pour se poser, de roseaux pour se percher ou pour nicher, de graminées pour se nourrir.

Guifette moustac
Guifette moustac. | Marek Szczepanek

Pour assurer une gestion équilibrée, et « préserver certaines espèces menacées telles que les tortues cistudes, libellule, butor étoilé,  des conventions sont ainsi parfois passées avec les propriétaires riverains », souligne pour sa part Jean-Louis Camus, président de la Réserve, dont l’ambition est de « montrer que la protection de la nature peut se faire tout en étant respectueux des habitants et des coutumes locales. »

Le résultat est concluant : peu concerné par les effets négatifs des pesticides, le parc naturel de la Brenne s’avère pour l’heure en bonne santé écologique. Araignées d’eau, libellules et papillons comme le grand cuivré, y prospèrent et, tout au long de l’année, cette réserve ornithologique est choisie par une quarantaine d’espèces nicheuses parmi lesquelles, par exemple, le busard des roseaux, le grèbe à cou noir ou encore le butor étoilé « un des plus rares de France », souligne l’ornithologue, « avec une population nationale qui ne compte que 300 couples ».

Certaines familles d'oiseaux sont en aires d'extension ; à l'inverse d'autres espèces se raréfient; quant à savoir si le phénomène est uniquement dû au réchauffement climatique, c'est très difficile de l'affirmer.

Thibaut Michel (04:19)

En période d’hivernage, le parc retient plus de dix mille palmipèdes et trente cinq mille vanneaux qui partagent le territoire avec les grandes aigrettes, les foulques et les cormorans. Et puis, « en période de migration, les résidents reçoivent alors la visite de crabiers chevelus, de grues -qui survolent les étangs par milliers-, et de limicoles tels que le chevalier combattant ou la bécassine des marais, qui s’installent là pour quelques mois ».  

Il faut penser à ménager des territoires très différents: maintenir des surfaces de joncs avec ici des berges en pente douce et des roselières pour accueillir les limicoles, et là des zones plus profondes pour accueillir grèbes et canards plongeurs.

Thibaut Michel (04:25)

Les hôtes indésirables

L’entretien du parc passe aussi par la lutte contre les « aliens » -ces espèces indésirables qui colonisent l’écosystème au point de totalement en fragiliser l'équilibre. La perche arc-en-ciel ou le poisson-chat sont, parmi les poissons, des hôtes indésirables -qui, par ailleurs, ne sont pas commercialisables (contrairement aux carpes, tanches et brochets, qui font la richesse des éleveurs de la région).

Roseaux
Dinkum

Le ragondin mobilise également l’attention des gestionnaires du parc : en détruisant la végétation, ce mammifère déstabilise l’écosystème : « grand amateur de nénuphars, de roseaux et autres joncs, le ragondin -à l’origine importé d’Amérique du sud pour sa fourrure- détruit l’habitat de nombreuses espèces. L’animal a fini par coloniser les étangs aux dépens des écosystèmes autochtones d’où, actuellement, une pression de piégeages divers et de tirs à son encontre pour préserver les autres espèces », explique Thibaut Michel.

La jussie, une plante aquatique importée elle aussi par l’homme pour agrémenter les aquariums,  a proliféré également en Brenne. En se développant de manière très dense, cette plante étouffe le milieu où elle prospère. Des campagnes d’arrachage sont régulièrement organisées pour réduire son impact. Enfin, l’écrevisse rouge de Louisiane importée en Espagne au début des années 1980, constitue un autre fléau -et non le moindre-. Bénéficiant d’un très fort taux de reproduction, cette écrevisse va jusqu’à détruire 98% des espèces autochtones. Présente en Brenne depuis deux ans, elle fait l’objet de protocoles spécifiques pour limiter son impact.

La Brenne est inscrite sur la liste des sites RAMSAR (zones humides d'importance internationale)

Le parc naturel régional jouit d’une diversité exceptionnelle en termes d'avifaune : 20 à 25 espèces inscrites à l'annexe I de la directive « Oiseaux » s'y reproduisent. C’est autour d’un oiseau emblématique de la Brenne, la Guifette moustac, que ce parc naturel régional a mis en place une exposition permanente et ré-aménagé l’intérieur de la maison de la nature.

La Charte du Parc de la Brenne affirme les principales missions de celui-ci

La protection et la mise en valeur des patrimoines naturel, culturel et paysager, la contribution à l'aménagement du territoire, la contribution au développement économique, social, culturel et à la qualité de la vie, l'accueil, l'éducation et l'information du public et la réalisation d'actions expérimentales ou exemplaires dans les domaines cités ci-dessus et la contribution à des programmes de recherche.

Опубликовано 03/12/2015 - Изменено 03/12/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias

Logo RFI

La Brenne, une « zone humide d’importance internationale »

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.