Le sujet sensible de l'ouverture de la PMA à toutes les femmes est une promesse de campagne d'Emmanuel Macron qui fait débat. Ici, lors de la Marche des fiertés : une pancarte «PMA pour toutes», à Paris, le 29 juin 2019.
Le sujet sensible de l'ouverture de la PMA à toutes les femmes est une promesse de campagne d'Emmanuel Macron qui fait débat. Ici, lors de la Marche des fiertés : une pancarte «PMA pour toutes», à Paris, le 29 juin 2019.
Charles Platiau / REUTERS
Заметка

France : la loi bioéthique et la PMA pour toutes reviennent à l'Assemblée

Le projet de loi sur la bioéthique passe en séance publique devant l’Assemblée nationale à partir de ce lundi 7 juin et jusqu’au 11 juin. Ce texte aborde des sujets complexes, provoquant des tensions dans la société française, à l’image des manifestations contre la PMA qui sont prévues cet après-midi. 
По RFI -

Le texte du projet de loi sur la bioéthique a déjà fait l’objet de deux lectures dans chaque chambre, et il repartira vers le Sénat le 24 juin. Les députés auront le dernier mot, pour une adoption souhaitée par le gouvernement pendant l’été. 

Lors de son deuxième passage devant le Sénat, majoritairement à droite, le projet de loi sur la bioéthique a été amputé de ses deux premiers articles. Le premier qui ouvre la procréation médicale assistée (PMA) aux femmes célibataires et aux couples de femmes, et le deuxième qui autorise l’autoconservation des ovocytes sans justifier d’un motif médical. À l’heure actuelle, la PMA est ouverte uniquement aux couples hétérosexuels pour raisons médicales.

Lors de cette nouvelle lecture à l’Assemblée nationale, les députés devraient donc rétablir le texte dans sa version précédente, autorisant la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, et prévoyant le remboursement de cette technique par la sécurité sociale. Pour les couples de femmes, la PMA sera encadrée par une reconnaissance conjointe de l’enfant devant notaire, avant sa naissance.

Le projet de loi contient également des dispositions qui permettront à l’enfant de connaître ses origines. En revanche, députés et sénateurs ont refusé d’un commun accord la gestation pour autrui. 

À lire aussi : France: le débat sur le projet de loi bioéthique affiche les divisions de la majorité

Опубликовано 07/06/2021 - Изменено 07/06/2021

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias