Аудио
Le prototype mis au point par les scientifiques s’inspire entièrement de la structure naturelle de l’œil humain.
Le prototype mis au point par les scientifiques s’inspire entièrement de la structure naturelle de l’œil humain.
Résultats de recherche Résultats Web The Hong Kong University
Des chercheurs hong-kongais et américains ont mis au point un œil bionique qui s’inspire entièrement de la structure naturelle de l’œil humain. Une première mondiale, selon les scientifiques qui estiment que cette prothèse artificielle redonnerait la vue aux non-voyants d'ici à cinq ans.

02'10" - Première diffusion le 07/06/2020

La série télévisée des années 1970 adaptée du célèbre roman Cyborg de Martin Caidin L'homme qui valait trois milliards et son personnage mi-homme mi-robot Steve Austin, a dû fortement inspirer les scientifiques qui expérimentent depuis des années des dispositifs capables d’interfacer un corps humain avec des composants électroniques

Avec son œil bionique, Steve Austin bat à plate couture n’importe quel rapace ! dont les yeux sont de véritables télescopes permettant de zoomer sur un objet de 16 cm à 1 500 m de hauteur. Mais avant de rêver à améliorer nos performances visuelles, 253 millions de personnes, qui, selon les dernières estimations de l’Organisation mondiale de la santé, souffrent de cécités invalidantes, espèrent tout simplement recouvrer la vue. 

C’est pour bientôt affirment dans la revue Nature une équipe de chercheurs américains et de l'Université des sciences et des technologies de Hong Kong. Le prototype mis au point par les scientifiques s’inspire entièrement de la structure naturelle de l’œil humain. De forme globulaire comme son modèle biologique, il se compose d’une lentille qui simule le cristallin, d'une rétine artificielle hémisphérique et d'un ensemble de nanocapteurs imitant les cellules photoréceptrices de l’œil humain.

Les signaux lumineux captés sont transformés en impulsions électriques puis acheminés par l’intermédiaire de mini-câbles assurant les fonctions du nerf optique, au système informatique chargé de les interpréter.

Les images perçues par l’intermédiaire du prototype sont de 100 pixels qui affichent distinctement sur un écran des lettres comme le E, le I ou le Y. Pour l’instant, son champ de vision est limité à 100 degrés, contre 160 degrés pour l’œil humain.

« À l’avenir, on pourra utiliser ce dispositif pour améliorer l’efficacité des prothèses oculaires ou pour la robotique humanoïde » expliquent ses concepteurs. Résolument optimistes, ils estiment pouvoir produire d'ici à cinq ans des yeux bioniques qui seraient largement plus performants que les modèles biologiques et d’équiper d’une « super vision », les premiers « cyborgs » de l’humanité.

Опубликовано 17/06/2020 - Изменено 17/06/2020 - По Dominique Desaunay

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias