Аудио
Au Grand marché de Dakar. (Photo d'illustration)
Au Grand marché de Dakar. (Photo d'illustration)
John Wessels / AFP
L'Afrique peut se targuer d’avoir globalement résisté mieux que d’autres parties du monde à la propagation du virus. À l’exception de quelques pays comme l’Afrique du Sud, la région a limité les dégâts sur le plan sanitaire.

39'00'' - Première diffusion le 24/10/2020

La catastrophe n’a pas eu lieu. Chacun la redoutait. Pour diverses raisons, notamment la jeunesse de sa population. Le continent est jusqu’ici celui qui s’en sort le mieux au monde. Plus inquiétantes, sans doute les conséquences économiques et politiques. La récession provoquée par la pandémie heurte les pays d’Afrique plus violemment que les autres. Plusieurs pays du continent espèrent un allègement de la dette. Faut-il alléger, annuler la dette des pays les plus pauvres ? Suspendre le remboursement ou restructurer ? Menacées de récession pour la première fois en un quart de siècle, les économies africaines doivent dénicher des ressources non seulement pour se relancer, mais aussi pour honorer leurs engagements vis-à-vis de leurs créanciers institutionnels et privés. Jamais, depuis la crise de la dette des années 1980, les économies africaines n’avaient été aussi nombreuses à craindre le défaut de paiement. 

Invités :
- Kako Nubukpo, économiste, ancien ministre togolais de la Prospective et de l’Évaluation des politiques publiques, doyen de la Faculté des sciences économiques et de gestion de l’université de Lomé au Togo
- René Otayek, directeur de recherches émérite au CNRS-Laboratoire les Afriques dans le monde de Sciences Po Bordeaux. Président de l'Institut des Afriques.
- Dominique Darbon, professeur de sciences politiques à Sciences Po Bordeaux. Directeur du laboratoire les Afriques dans le Monde.

Опубликовано 20/11/2020 - Изменено 20/11/2020 - По Marie-France Chatin

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias