La mort de Margaret Thatcher a provoqué de vives réactions dans les rues au Royaume-Uni, le 8 avril 2013.
La mort de Margaret Thatcher a provoqué de vives réactions dans les rues au Royaume-Uni, le 8 avril 2013.
David Moir / Reuters
Заметка

Margaret Thatcher et le conflit nord-irlandais, une position contestée

À la mort de Margaret Thatcher le 8 avril 2013, le Premier ministre irlandais Enda Kenny a rendu hommage à un « dirigeant politique formidable » et s'est dit « attristé ». Le patron du Sinn Fein, lui, a utilisé des mots très durs en évoquant le « rôle honteux » de l'ex-Première ministre britannique lors des grèves de la faim de 1980 et 1981. Pour Gerry Adams, Margaret Thatcher a fait beaucoup de mal au peuple irlandais et britannique durant son mandat.
По Hervé Amoric -

S’il y a un Premier ministre britannique dont les Irlandais se souviendront, c’est bien Margaret Thatcher. Elle est arrivée au pouvoir dans un contexte violent en Irlande du Nord. Une série d’attentats de l’IRA tua Lord Mountbatten, le cousin de la reine, puis 18 soldats britanniques en une seule journée, le 27 août 1979. Mais la politique de Margaret Thatcher en Irlande du Nord fut tout aussi brutale.

En 1981, elle refuse de négocier avec les grévistes de la faim. À la prison du Maze, Bobby Sands, affilié à l’IRA et élu député aux Communes, exige un statut de prisonnier politique qu’il n’obtiendra jamais. Margaret Thatcher le laisse mourir de faim en prison. Elle est alors diabolisée à travers l’Irlande. L’IRA tente d’assassiner la « Dame de fer » en 1984, lors d’un congrès du Parti conservateur. Une bombe est placée dans la chambre de Thatcher, au Grand hôtel de Brighton. L’explosion déchiquette la façade du bâtiment et tue quatre délégués, mais la « Dame de fer » échappe de justesse à l’attentat.

Critiques des élus protestants unionistes

Elle n’était pas plus appréciée des unionistes qui militent pour le maintien de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni. En 1985, Margaret Thatcher a signé les accords anglo-irlandais d’Hillsborough, qui furent probablement les fondations sur lesquelles le processus de paix fut bâti, 13 ans plus tard.

Ces accords donnèrent à la République d’Irlande une voix dans les affaires de l’Irlande du Nord, et cela pour la première fois depuis la division de l’île en 1921. Les élus protestants unionistes, comme Ian Paisley, ne l’ont jamais pardonné à l'ex-Première ministre britannique. Ils la considéraient même comme traîtresse à leur cause, même si elle était unioniste dans l’âme.

Elle est déjà une figure de l'histoire, celle des « années Thatcher »

Margaret Thatcher fut une femme politique exceptionnelle, et elle est respectée comme tel par tous ceux qui l'ont approchée. Et elle est déjà dans les livres d'histoire comme la seule femme Premier ministre en Grande-Bretagne.

Mais la « Dame de fer » symbolise quoiqu'il en soit une époque désormais révolue des relations hypertendues entre l’Irlande et le Royaume-Uni, à la limite du conflit. Si dans les faits, elle a signé les accords anglo-irlandais de 1985 qui ont permis le processus de paix, la plupart des analystes s’accordent pour dire que sa politique intransigeante n’a fait qu'envenimer le conflit en Irlande du Nord. L'ère Thatcher est celle d'une Irlande qui se sentait martyrisée par la Grande-Bretagne, économiquement et politiquement. L’Irlande a trouvé son indépendance politique et économique au sein de l’Union européenne. Une Europe que Margaret Thatcher n’aimait pas beaucoup non plus.

Опубликовано 07/01/2020 - Изменено 07/02/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias