Emmanuel Macron à Oradour-sur-Glane, le 10 juin 2017.
Emmanuel Macron à Oradour-sur-Glane, le 10 juin 2017.
Pascal Lachenaud / AFP
Заметка

Macron à Oradour-sur-Glane: « Notre conscience ici s’insurge »

C'est à plus de 400 kilomètres de Paris que se trouve Emmanuel Macron le samedi 10 juin 2017, dans un village de France qui trouve sa place dans tous les manuels d'histoire : Oradour-sur-Glane, le village martyr du Limousin où le 10 juin 1944, la division « SS Das Reich » a massacré 642 villageois. Les femmes et enfants ont été brûlés dans l'Eglise. Les hommes ont été fusillés.
По Valérie Gas -

Avec notre envoyée spéciale à Oradour-sur-Glane, Valérie Gas

Tout a été très étudié dans cette cérémonie à Ouradour-sur-Glane pour que les images soient parfaites. Emmanuel Macron est arrivé vers 10 heures du matin. Il est entré seul, lentement dans le village martyr.

500 enfants de CM2 et de troisième venus de toute la France, des enfants qui étudient la Seconde Guerre mondiale à l’école, s’étaient massés tout au long des rues en ruine, et le président de la République, très solennel mais souriant, a échangé avec eux.

Emmanuel Macron était accompagné de Robert Hébras, 91 ans, dernier survivant du massacre. Il l’avait déjà rencontré lors de sa première visite à Oradour-sur-Glane en avril dernier et c’est avec lui qu’il s’est recueilli, notamment dans l’église où les femmes et les enfants du village avaient été enfermés avant d’être tués.

Les enfants de l’école d’Oradour-sur-Glane, habillés en tee-shirt blanc, étaient aussi présents à ce moment-là, symbole de l’innocence meurtrie.

Si le récit de ce massacre et la vue de ces ruines nous donnent encore aujourd’hui une indicible nausée, c’est parce que nous savons intimement, au creux de nos tripes, au cœur de notre conscience, que ce qui se produisit ce jour-là est exactement ce que la France, l’histoire de France, les héros de la France ont toujours voulu combattre », Emmanuel Macron.

 

Le rempart de « la conscience »

Evoquer le devoir de mémoire et la transmission, c’était l’objectif d’Emmanuel Macron lorsqu’il a pris la parole et qu’il s’est adressé aux jeunes présents. Il leur a demandé de devenir des « témoins », des « passeurs ».

Très littéraire, très pédagogue, le président de la République a rappelé que le seul rempart contre la barbarie était la « conscience ». Et dans un aller-retour permanent entre le passé et le présent, Emmanuel Macron a essayé de faire passer un message pour l’avenir en appelant les jeunes à édifier un monde meilleur.

Опубликовано 08/06/2020 - Изменено 08/06/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias