Аудио
Miguel (34 ans), Christelle (25 ans) et Michel (32 ans) à Cotonou, février 2020.
Miguel (34 ans), Christelle (25 ans) et Michel (32 ans) à Cotonou, février 2020.
Adrien Delgrange / RFI
Les Béninois célèbrent ce samedi 1er août 2020 l’accession à l'indépendance de leur pays. Soixante ans après, la jeunesse béninoise s'interroge sur les antécédents du passé colonial.

25'52'' - Première diffusion le 01/08/2020

Il y a 60 ans, la souveraineté internationale de l'ex-Dahomey n’a pas été arrachée de force, elle a été le fruit de négociations avec la France, l’ancien pays colonisateur. Le Bénin, un temps surnommé « quartier latin de l’Afrique » pour la qualité de son enseignement, a ensuite été affublé du surnom « enfant malade de l’Afrique » pour des coups d’État à répétition dans les années post-indépendance.

Soixante ans plus tard, à Cotonou, de jeunes actifs Béninois reviennent sur cette période qui a changé le cours de l’histoire de leur pays. Ils s’interrogent sur la responsabilité de leurs aînés, et sur leur propre rôle pour l'avenir de leur pays. Une parole mûre et résolument tournée vers l'avenir.

Miguel (juriste de 34 ans), Christelle (biologiste de 25 ans) et Michel (sociologue de 32 ans) se sont livrés à Cotonou en février 2020 au micro d'Adrien Delgrange.

Опубликовано 06/08/2020 - Изменено 06/08/2020 - По Adrien Delgrange

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias