Аудио
Le 7 juillet 1962 : des européens "pieds-noirs" réfugiés dans le port d'Oran en attente d'embarquer pour la France alors que l'Algérie a proclamé son indépendance depuis le référendum d'autodétermination du 1er juillet 1962
Le 7 juillet 1962 : des européens "pieds-noirs" réfugiés dans le port d'Oran en attente d'embarquer pour la France alors que l'Algérie a proclamé son indépendance depuis le référendum d'autodétermination du 1er juillet 1962. On aperçoit à l'arrière plan contre la porte la marque de la "main rouge", signe distinctif de l'OAS et vestige de son action dans la ville les derniers mois de la guerre d'Algérie.
UPI / AFP
La Marche du monde en Algérie à la rencontre de Paul, de Jean-Paul et de Marie-France, trois Français qui sont restés sur le sol où ils sont nés, après l’indépendance. En effet, tous les Pieds-Noirs ne sont pas rentrés lors de l’été 62, 200 000 d’entre eux n’ont pas choisi entre « la valise ou le cercueil », selon la fameuse formule. Ils sont au contraire restés dans l’Algérie indépendante, et ils ont trouvé leur place.

Et c’est dans leur maison, dans leur espace le plus intime qu’ils ont accepté de recevoir RFI afin de témoigner de leur expérience singulière…

Leur vie, avant, pendant et après la guerre d’Algérie.

Invité :

Pierre Daum, pour son livre « Ni valise ni cercueil » aux éditions Actes Sud.

 

A lire aussi :

- Le choix de l’Algérie, deux voix, une mémoire de Pierre et Claudine Chaulet, aux éditions Barzarkh.

- Algérie, 1954-1952, lettres, carnets et récits des Français et des Algériens dans la guerre de Benjamin Stora, aux éditions Les Arênes.

 

Première diffusion le 07/07/2012

Опубликовано 05/10/2015 - Изменено 29/10/2015 - По Valérie Nivelon

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias