Alain Poher (R), le président temporaire français après que le général de Gaulle ait pris sa retraite le 28 avril 1969, accueille le nouveau président élu Georges Pompidou (C) lors de la cérémonie d'investiture du 20 juin 1969 à l'Elysée à Paris.
Alain Poher (R), le président temporaire français après que le général de Gaulle ait pris sa retraite le 28 avril 1969, accueille le nouveau président élu Georges Pompidou (C) lors de la cérémonie d'investiture du 20 juin 1969 à l'Elysée à Paris.
©AFP
Заметка

1969: Pompidou-Poher, qui pour succéder à De Gaulle ?

Cette élection anticipée est provoquée par la démission du général de Gaulle après la victoire du «non» au référendum sur la création de régions et la réforme du Sénat. Jugeant sa légitimité mise en cause par ce résultat qui intervient un an après les événements de mai 1968, le général de Gaulle quitte l'Élysée. Conséquence : la campagne électorale sera courte (un mois) et relativement improvisée.
По Philippe Couve -
 
Georges Pompidou, Premier ministre de 1962 à 1968, incarne la continuité du gaullisme sans de Gaulle.

Georges Pompidou, Premier ministre de 1962 à 1968, incarne la continuité du gaullisme sans de Gaulle. | ©INA

 

Lors de ce scrutin, la gauche se présente en ordre dispersé avec 4 candidats. La dispersion des voix au premier tour conduira à un duel au second tour entre les deux candidats de droite.

Au total, six candidats sont en lice pour le premier tour le 1er juin 1969 :

Georges Pompidou, Premier ministre de 1962 à 1968, incarne la continuité du gaullisme sans de Gaulle.

Alain Poher, président du Sénat, le principal animateur de la campagne du «non» au référendum, Président de la République par intérim depuis le 27 avril.

Jacques Duclos est présenté par le Parti communiste français.

Gaston Defferre est le candidat du Parti socialiste.

Michel Rocard se présente pour le PSU (Parti socialiste unifié).

Alain Krivine est le candidat de la Ligue communiste révolutionnaire.

Le résultat du premier tour de l'élection présidentielle de 1969.
 

L’affrontement Pompidou-Poher est qualifié par le communiste Jacques Duclos de « blanc bonnet et bonnet blanc ».  Conséquence, le Parti communiste appelle ses partisans à ne pas se rendre dans les isoloirs. Le 15 juin 1969, le second tour est marqué par une abstention record (31%) et par la victoire sans appel de Georges Pompidou qui recueille 58,2% des suffrages exprimés mais seulement 37% des inscrits.

Le résultat du second tour de l'élection présidentielle de 1969.

Опубликовано 13/04/2017 - Изменено 05/07/2018

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias