Аудио
Léon Mba, président de la république du Gabon, est reçu à l’Élysée par le Général de Gaulle, le 30 juin 1965 à Paris.
Léon Mba, président de la république du Gabon, est reçu à l’Élysée par le Général de Gaulle, le 30 juin 1965 à Paris.
Keystone-France/Gamma-Rapho via Getty
Une rumeur tenace prétend que, contrairement aux autres colonies françaises, le Gabon aurait refusé de devenir indépendant et préféré le statut d’un « département d’outre-mer ».

19'29'' - Première diffusion le 15/05/2010

En fait, au cours des années 1940 et 1950, le Gabon, première colonie française en Afrique centrale depuis 1839, ne supporte pas d’être « la Cendrillon de l’AEF » : une partie importante des revenus de ce territoire, le plus riche de la fédération, va en effet à Brazzaville, la capitale de l’A.E.F. et sert aux dépenses communes.

Si les relations avec la France restent plutôt cordiales, la volonté d’indépendance reste clairement affichée de même que le refus de maintenir les liens fédéraux avec les trois autres territoires de l’A.E.F. (Tchad, Congo et Centrafrique). D’où le slogan « Gabon d’abord ! », lancé par Léon Mba et que partagent ses compagnons et rivaux, Paul Gondjout et Jean-Hilaire Aubame.

 

Опубликовано 10/08/2020 - Изменено 13/08/2020 - По Elikia M'Bokolo

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias