Haut responsable des Tigres tamouls, S. Puleedevan, aurait été exécuté par l'armée sri-lankaise en mai 2009 selon les Tigres. Accusation démentie par Colombo.
Haut responsable des Tigres tamouls, S. Puleedevan, aurait été exécuté par l'armée sri-lankaise en mai 2009 selon les Tigres. Accusation démentie par Colombo.
Sena Vidanagama/AFP
Заметка

Révélations sur des massacres de rebelles tamouls au Sri Lanka

Des chefs rebelles des Tigres tamouls ont été abattus en mai 2009 au Sri Lanka alors que la Norvège, ancien médiateur dans le conflit, avait arrangé leur reddition. C'est un responsable politique norvégien qui l'affirme selon la presse sri-lankaise.
По RFI -

Des rebelles tamouls abattus après avoir accepté de se rendre. Cette accusation, récurrente au sein des organisations de défense des droits de l'Homme, a été confortée dimanche 27 juin 2010 par Erik Solheim, ministre du Développement international.

Le ministre a déclaré à des journalistes sri-lankais en visite à Oslo, qu'en mai 2009 il avait convaincu plusieurs responsables de la rébellion tamoule de se rendre. Quelques heures plus tard, il affirme avoir appris que ces mêmes rebelles avaient été abattus par l'armée sri-lankaise. La Norvège confirme ainsi avoir tenté d'organiser la reddition pacifique des chefs du mouvement séparatiste tamoul. À l'époque, le chef d'État-major de l'armée sri-lankaise avait nié toute médiation en ce sens. Depuis, l'armée sri-lankaise affirme avoir vaincu militairement les séparatistes tamouls et mis fin à toute velléité d'indépendance de leur part.

Les affirmations du ministre norvégien laissent penser que cette victoire s'est faite au prix de graves violations des droits de l'Homme (en anglais). C'est pour faire toute la lumière sur ces allégations que le secrétaire général des Nations unies a nommé trois enquêteurs. Trois hommes à qui le gouvernement sri-lankais a refusé pour l'instant l'entrée du pays.

Опубликовано 23/05/2017 - Изменено 06/07/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias