Le président chinois Xi Jinping serre la main au Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif après son arrivée à la base aérienne de Nur Khan à Rawalpindi au Pakistan le 20 avril 2015.
Le président chinois Xi Jinping serre la main au Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif après son arrivée à la base aérienne de Nur Khan à Rawalpindi au Pakistan le 20 avril 2015.
Ho / Pid / AFP
Заметка

Première visite d’État du président chinois Xi Jinping au Pakistan

Le président chinois Xi Jinping arrive le 20 avril 2015 dans la capitale pakistanaise Islamabad pour une visite d’État de deux jours, une première depuis son arrivée au pouvoir en 2013. Pour le Pakistan, la Chine est aujourd’hui le premier partenaire commercial. Pékin loue les relations entre les deux pays comme un partenariat « égal à égal ».
По RFI -

Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt.

Quand il s’agit de son ami pakistanais, Pékin aime parler d’une fraternité « dure comme du fer ». Islamabad a toujours été un allié fidèle, que ce soit pour faire valoir la souveraineté chinoise sur le Tibet ou bien sur Taïwan. Pékin compte d’ailleurs sur le Pakistan pour sécuriser sa frontière et éviter l’infiltration d’islamistes armés vers le Xinjiang, sa province musulmane instable.

Une nouvelle route de la soie

Les relations politiques sont au beau fixe, quant au commerce, il ne fait que décoller. En dix ans, les échanges ont fait un bond de 2 à 16 milliards de dollars aujourd’hui. Routes, trains ou encore gazoducs..., dans les 15 ans à venir, la Chine compte investir 46 milliards de dollars au Pakistan.

Les deux pays veulent créer un véritable corridor économique entre le port pakistanais de Gwadar et l’ouest de la Chine. Cela pourrait raccourcir de plusieurs milliers de kilomètres le trajet du pétrole venant du Moyen-Orient, tout en contournant l’Inde rivale. Le ministre des Affaires étrangères Wang Yi loue ce projet comme étant « le doux prélude » au rêve chinois d’une nouvelle route de la Soie.

Опубликовано 27/04/2017 - Изменено 02/05/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias