Peu d'espoir de paix pour le Yémen après 6 ans de guerre, alors que les différents protagonistes ne semblent pas déterminés à cesser les hostilités.
Peu d'espoir de paix pour le Yémen après 6 ans de guerre, alors que les différents protagonistes ne semblent pas déterminés à cesser les hostilités.
AFP
Le Yémen, pays situé à la pointe sud de la péninsule Arabique, subit depuis six ans un conflit qualifié par les Nations unies comme « la pire crise humanitaire du monde ». La guerre civile, dont l’origine est imputable à un conflit tribal et confessionnel interne renforcé par la vague des « Printemps arabes », débute en 2014 quand les rebelles houthis s’emparent de la capitale Sanaa, provoquant le démantèlement du pouvoir en place. En 2015, une coalition de pays musulmans menée par l’Arabie saoudite porte le conflit sur le plan international, impliquant directement l’Arabie saoudite et l’Iran et, en arrière-plan, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Après six ans de guerre, plus de 130 000 morts et 3,3 millions de déplacés, les belligérants ne semblent pas déterminés à cesser les hostilités. Il y a pourtant urgence dans ce pays où 16 millions de Yéménites, soit environ la moitié de la population de 29 millions d’habitants, se retrouvent confrontés à la famine et aux épidémies de choléra et de Covid-19.

Опубликовано 04/03/2021 - Изменено 15/03/2021

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias