Germes de soja
Des germes de soja.
CC0
Заметка

Vers une bulle des matières premières

« Les matières premières sont l’avenir de la finance ». Telle est la thèse soutenue la semaine dernière sur une pleine page par les reporters du Financial Times. Le quotidien des milieux financiers britanniques semble convaincu que les cinq à dix prochaines années verront les prix s’envoler et que cela effacera les mauvais souvenirs des deux dernières décennies.
По Jean-Pierre Boris -

La hausse des cours sera durable. Les gérants des fonds de pension cités par le Financial Times en sont convaincus. « Au cours des cents dernières années, il y a eu cinq périodes de très fortes hausses des prix des matières premières dit l’un d’entre eux. Et la vague de hausses qui arrive sera très grosse ». De quoi faire saliver tous les investisseurs de la planète et tous les producteurs.
Cette thèse semble étayée par deux facteurs. D’abord, les cours des matières premières ont dans l’ensemble commencé à se redresser. Le pétrole, l’or, les céréales valent assez cher. C’est d’une part un phénomène cyclique. Mais d’autre part, c’est la conséquence de l’effondrement des marchés boursiers traditionnels. Les fonds de pension qui investissent à long terme ont massivement –plusieurs enquêtes en attestent- porté leurs choix sur des produits de base. Le résultat pourrait donc être conforme à ce que décrit le Financial Times.

Il faut cependant apporter un bémol et de taille. C’est qu’en ce moment la force de la demande industrielle chinoise joue un rôle fondamental sur le marché des matières premières. Cette croissance impressionnante dure depuis plusieurs années. Elle ne sera pas éternelle. Le jour où elle se tassera, les spéculateurs risquent fort de se trouver pris à contre-pied et de quitter le navire en courant, faisant massivement chuter les cours, privant le Financial Times de sa belle envolée.

Le soja en forme

Forte hausse sur le marché des oléagineux la semaine dernière à Chicago. Jeudi par exemple le soja livraison novembre gagnait près de 10%. L’huile de soja progressait aussi très fortement. L’effervescence a été provoquée par des nouvelles venues de Chine. Les autorités chinoises auraient en effet de nouveau ouvert les portes au soja américain. L’industrie chinoise aurait acheté l’équivalent d’une quinzaine de cargos. Mais surtout, la hausse de la semaine dernière est le résultat d’une réévaluation à la baisse de la production de soja aux États-Unis. Les stocks de fin de saison devraient aussi beaucoup baisser. On est passé de 220 à 135 millions de boisseaux (un boisseau, c’est environ 27 kilos). Tout cela a en tout cas de quoi réjouir les Brésiliens. Les seconds producteurs mondiaux de soja ont exporté près de 15 millions de tonnes depuis le début de l’année. Soit presque autant que sur les douze mois de 2002.
Et puis en bref, ce coup de menton des producteurs indiens de thé. Malgré la baisse des prix et des volumes exportés, ils ont décidé de maintenir la production au niveau prévu. Ils sont convaincus que les prix repartiront tôt ou tard à la hausse.

Опубликовано 25/02/2016 - Изменено 25/02/2016

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias