Аудио
Une plantation de thé au Sri Lanka.
Une plantation de thé au Sri Lanka.
CC0 Domaine public
Les pays producteurs de thé et les pays émergents boivent de plus en plus cette boisson, alors que dans les pays développés, la consommation stagne.

01'54" - Première diffusion le 29/04/2013

Les Britanniques sont toujours les plus grands buveurs de thé sur la planète, 800 tasses par an ! Mais globalement dans une vieille Europe ralentie par la crise économique, où la population décline, la consommation de thé stagne, elle est en outre très concurrencée par la vogue du café en dosettes jusque dans les pays où le thé était le plus ancré dans les traditions.

Au Japon, c'est tout bonnement à un déclin de la consommation qu'on assiste, l'irruption du thé noir aux côtés du traditionnel thé vert n'y a rien fait. La consommation de thé a certes un peu progressé aux États-Unis depuis deux ans, mais en résumé, ce ne sont plus les pays industrialisés qui mènent le marché mondial du thé. Ils ne représentent plus que 20 % de la demande mondiale.

Ce sont désormais les pays émergents qui comptent pour cette boisson, et ils vont compter de plus en plus étant donné la hausse du niveau de vie. En Inde, la consommation de thé progresse de 2 à 3 % par an, malgré la vogue récente du café ; en Chine, c'est 5 à 6 % de croissance annuelle attendue, c'est-à-dire la bagatelle d'une centaine de millions de tonnes de feuilles supplémentaires qui finiront en infusion dans les cuisines chinoises. Les deux géants asiatiques sont eux-mêmes de grands producteurs de thé, ils consomment donc de plus en plus leur propre production et la Chine importe même de plus en plus de thé noir, alors qu'elle exporte surtout du thé vert.

Le Bangladesh et le Pakistan importent de plus en plus de thé. Le Moyen-Orient également, seul l'Iran est en gros recul par manque de devises du fait des sanctions. Enfin les pays récemment convertis à ce breuvage constituent déjà 20 % du marché. Parmi eux : le Brésil mais aussi le Cameroun et le Togo. Pour répondre à cette nouvelle soif de thé, pas de crainte, la production devrait être largement suffisante au cours des deux prochaines années : la Chine, l'Inde et le Vietnam mettent le paquet pour doper les plantations et l'Afrique de l'Est devrait être cette année mieux servie par la météo.

Опубликовано 22/02/2016 - Изменено 15/12/2017 - По Claire Fages

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias