Аудио
L'exploitation de Jharia, est une mine de charbon à ciel ouvert
L'exploitation minière de Jharia, en Inde, est une mine de charbon à ciel ouvert.
Daniel Berehulak/Getty
C'est le pronostic de l'Agence internationale de l'énergie. La demande de charbon est telle dans les pays émergents que ce combustible pourrait bientôt devenir la première source d'énergie, devant le pétrole.

Première diffusion le 19/12/2012

Les fumées liées à la combustion du charbon ne sont pas près de s'éclaircir. La demande de charbon, qui sert à la fois à fabriquer de l'électricité et de l'acier, continue de croître, et moitié plus vite que la demande de pétrole et de gaz. Ce sont les pays émergents qui tirent cette croissance du charbon et, pour les trois quarts, la Chine. L'an dernier, la Chine est devenue le premier importateur de charbon, devant le Japon, alors qu'elle produit déjà sur son sol le plus gros tonnage de houille au monde. Dans deux ans, si l'économie chinoise ne ralentit pas d'ici là, la Chine devrait engloutir plus de la moitié du charbon consommé sur la planète. « La Chine c'est le charbon, et le charbon c'est la Chine », a résumé l'Agence internationale de l'énergie. Mais c'est également beaucoup l'Inde ! C'est elle qui importera le plus de charbon dans cinq ans.

Dans les pays occidentaux, en revanche la consommation est globalement à la baisse. Aux États-Unis, parce que le gaz de schiste pas cher a évincé le charbon. Des quantités de charbon américain sont désormais destinées à l'exportation et, ponctuellement, l'Europe les utilise en ce moment parce qu'elle a au contraire un gaz plus cher qu'aux États-Unis. Mais la tendance est tout de même en Europe à la suppression des centrales thermiques les plus polluantes au charbon, et donc à une baisse de consommation dans les pays développés.

Paradoxalement, les pays émergents pourraient manquer de charbon dans les années à venir. Car l'incitation à développer la production de houille est très faible en ce moment : les prix de vente du charbon sont en chute libre du fait du ralentissement économique mondial et de la moindre consommation américaine : la tonne de charbon thermique en particulier vaut 90 dollars, son plus bas niveau depuis trois ans. La rentabilité des projets miniers n'est plus certaine. C'est le cas au Mozambique, qui devait devenir le nouvel eldorado du charbon. Mais étant donné l'ampleur des travaux ferroviaires et portuaires nécessaires, le boum de la houille devrait prendre cinq à dix ans de retard dans ce pays.

Опубликовано 23/02/2016 - Изменено 23/02/2016 - По Claire Fages

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias