Об авторе

Аватар пользователя Isabelle Cros
Isabelle Cros
Expert
Действия пользователя:
Membre depuis le 18/11/2015
Publications : 33

Изучать

французский язык с RFI SAVOIRS

Еще

#Общеупотребительный французский

BON A SAVOIR. Rectifications de l'orthographe de 1990

Trop compliquée, l'orthographe française ? C'est visiblement l'avis du Conseil supérieur de la langue française qui a proposé en 1990 une réforme de l'orthographe, publiée au Journal officiel du 6 décembre 1990 : http://www.vjf.cnrs.fr/orthographe/PDF/JODA.pdf . Marion et Raya nous en ont fait toutes les deux un compte rendu précis et instructif de ces seize pages que je vous invite vivement à lire. Le premier insiste sur les raisons de cette modification en résumant la préface ; le second traite principalement des modifications elles-mêmes, avec des exemples précis à l'appui.

Compte rendu sur les rectifications de l’orthographe apportées par le CSLF

 

 M. Maurice Druon, Secrétaire perpétuel de l’Académie française, a adressé le 19 juin 1990 un discours au Premier ministre, dans lequel il a présenté le Rapport du Conseil supérieur de la langue française, demandé huit mois auparavant. M. Druon a rappelé que le but était de formuler des solutions précises à des cas d’ambiguïté dans l’orthographe française, ainsi que de normaliser la création de néologismes, tout en suivant l’évolution de la langue selon son « génie », c’est-à-dire l’usage, pour faciliter l’apprentissage et la diffusion du français dans le monde. Il est ensuite passé à l’énumération des principes suivis par le groupe de travail, notamment :

La formulation de propositions précises, mais qui ne sanctionnent pas l’orthographie traditionnelle ;

Le choix d’intervenir uniquement en des cas comportant une insécurité, et ce toujours dans l’optique de l’utilité ;

La modification par rapport à l’usage ;

La modification n’entraînant pas de bouleversements dans la grammaire ;

Il a continué en remémorant comment le rapport en question a été approuvé par le Québec et la Belgique et par l’Académie française, et que celle-ci se préparait à en publier les rectifications dans son prochain ouvrage. Après quoi, il a passé en revue les catégories linguistiques faisant l’objet de ces rectifications :

L’utilisation du trait d’union dans les mots composés. En particulier, le procédé dit de soudure ne sera pas appliqué là où il pourrait engendrer une prononciation défectueuse, ou quand les deux mots sont susceptibles de créer une diphtongue - ce qui arrive pour les mots courants et ceux qui commencent par des préfixes latins ou étrangers (Ex. extra-utérin).

Le pluriel des noms composés. Dans le détail, les substantifs composés d’un verbe et d’un nom, et ceux composés d’une préposition et d’un nom ne sont mis au pluriel que par l’ajout de la terminaison du pluriel au dernier mot. (Ex. un pèse-lettre, des pèse-lettres)

La rationalisation de l’emploi de l’accent circonflexe. Il en résulte que l’accent est gardé sur les lettres a, e et o, alors qu’il devient facultatif sur les lettres i et u.

Le tréma. Il est placé sur la voyelle à prononcer, et s’étend aux mots qui en gardent le besoin pour des questions de prononciation.

Les accents grave et aigu sur la lettre e seront appliqués selon la règle de l’ouverture ou fermeture. (Ex. évènement, gèle)

Le participe passé des verbes pronominaux. Une rectification est faite pour le cas du verbe laisser suivi d’un infinitif, qui reste invariable (comme faire + verbe à l’infinitif).

Les anomalies. Pour ce volet seront reprises les indications de l’Académie française de 1975.

Le secrétaire a enfin exprimé son vœu par rapport à la création d’un recueil de toutes les rectifications et les ajustements proposés, afin qu’il serve de référence pour le monde de la francophonie.

Marion 

***

Les rectifications de l’orthographe – Conseil supérieur de la langue française

En 1990, l’Académie française a élaboré un rapport traitant de certaines rectifications de l’orthographe de la langue française. Ces propositions s’appliqueront en priorité sur les mots nouveaux, à savoir les néologismes dans le domaine des sciences et des techniques. De ce fait, elles s’adressent en priorité aux auteurs et éditeurs de dictionnaires et aux enseignants.

Ces rectifications portent sur plusieurs volets :

1. Le trait  d’union

 Le trait d’union lie les numéraux formant un nombre complexe, inférieur ou supérieur à cent. Exemple : soixante-deux, cent-vingt-huit.

2. Le pluriel des noms composés comportant un trait d’union

Si le nom composé est formé d’un verbe et d’un substantif ou d’une préposition et d’un substantif, seul le substantif prend la marque du pluriel.

Exemple : des couvre-lits, des sans-abris

Si l’élément nominal du nom composé s’écrit en majuscule ou s’il est précédé d’un article au singulier, il ne prend pas la marque du pluriel.

Exemple : des prie-Dieu, des trompe-l’œil.

3. L’accent grave

On met un accent grave sur le e des verbes du types céder, alléger, altérer, considérer, etc. quand ils sont conjugués au futur ou au conditionnel.

Exemple : je cèderai, je cèderais.

On met aussi un accent grave sur le e dans les inversions interrogatives du verbe conjugué avec la première personne du singulier et suivi d’un je.

Exemple : puissè-je, aimè-je, etc.

4. L’accent circonflexe

L’accent circonflexe est conservé sur les lettres a, e et o, mais sur les lettres i et u, il n’est plus obligatoire sauf dans certains cas :

Dans la conjugaison au passé simple avec la première et la deuxième personnes du pluriel. Exemple : nous courûmes, vous courûtes (verbe courir).

Dans la conjugaison à l’imparfait du subjonctif avec la troisième personne du singulier. Exemple : qu’il courût.

Dans la conjugaison au plus-que-parfait du subjonctif avec la troisième personne du singulier. Exemple : qu’il eût couru.

Dans les mots où l’accent circonflexe apporte une distinction de sens utile. Exemple : dû, jeûne, sûr, mûr, etc.

Remarque : Cette mesure entraîne par la suite la rectification de certaines anomalies étymologiques. On écrit désormais : mu, plait, piqure, traitre, dument, etc.

5. Les verbes en –eler et –eter

Pour les verbes en –eler et –eter, on met un accent grave sur le e lors de la conjugaison. Exemple : j’achète, elle pèle.

Les noms en –ement dérivés des ces verbes suivront la même règle. Exemple : démantèlement, complètement, etc.

6. Le participe passé

Le participe passé de laisser suivi d’un infinitif est désormais invariable même s’il est employé avec l’auxiliaire avoir et quand le COD est placé avant le verbe. Exemple : Il s’est laissé mourir. Je les ai laissé partir.

7. L’orthographe des mots empruntés

Le pluriel des mots empruntés est régulier. Exemple : des graffitis, etc.

Remarque : le pluriel des noms composés empruntés est simplifié par la soudure. Exemple : les weekends.

Les mots  empruntés suivent la règle des accents. Exemple : placébo, diésel, etc.

8. Le tréma

Le tréma est placé sur la voyelle qui doit être prononcée dans les noms suivants : aigüe, ambigüité, argüe, rongeüre, etc.

9. Les onomatopées

On écrit au moyen d’une soudure les onomatopées et les mots expressifs.

Exemple : blabla, pêlemêle, pingpong, etc.

10.Des anomalies

L’Académie française propose la rectification de certains mots tels que :

Assoir au lieu d’asseoir

Boursouffler au lieu de boursoufler

Charriot au lieu de chariot

Combattif au lieu de combatif

Cuisseau au lieu de cuissot

Dissout au lieu de dissous

Douçâtre au lieu de douceâtre

Exéma au lieu d’eczéma

Nénufar au lieu de nénuphar

Ognon au lieu de oignon

Relai au lieu de relais

Saccarine au lieu de saccharine

Etc.

 

0
Голосов пока нет

Опубликовано 01/02/2016 - Изменено 01/02/2016

2 комментариев
Аватар пользователя Yves
3 года 7 месяцев назад
Yves Loiseau
En ce mois de février 2016, la réforme fait de nouveau jaser vingt-six ans après sa publication. Ceux qui s’offusquent de cette réforme ne semblent point sçavoir qu’il existoit jadis d’autres formes maintenant disparues. Certes, il pourroit être agréable d'escrire avec le françois d’avant 1835, ou plustost d’avant 1740 mesme, mais rester assubjectis à l'authorité des fantasies nostalgiques de certains n’est point faire preuve de progrez. Revenons en 2016 : cette réforme ne concerne que bien peu de mots et elle demande en définitive bien peu d'efforts pour être utilisée.
Аватар пользователя ladyofad
3 года 5 месяцев назад
luna hantabli
Mr Yves Loiseau ;apparemment même votre commentaire contient du néologisme :-)

Pour commenter ce contenu, veuillez vous connecter avec votre compte RFI Savoirs.

Вход

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias