#Французский язык в новостях

Verdict

mots-actu_v.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Durant toute la journée d'hier, on a été suspendu au verdict qui devait clore ce procès, qu'on a appelé hors normes et qui jugeait les auteurs survivants de ces horribles attentats de novembre 2015. Donc, on est très familier de ce mot, verdict qui pourtant est assez particulier, même assez singulier, on peut dire dans le vocabulaire français, ne serait-ce que par sa prononciation, et plus encore par le rapport entre la prononciation et la graphie, et l'écriture. Parce que ce mot verdict se termine par 2 consonnes, “c” et “t” et ces 2 consonnes, on les entend. Verdict. Alors qu'après le “c” et le “t”, il n'y a pas un "e" final, ce qu'on appelle un "e” muet qui, en général, dans le système de prononciation français, permet justement que les consonnes se fassent entendre. Sans ça, en principe, on ne prononce pas les consonnes finales, surtout quand un mot se termine par 2 consonnes successives, eh bien, elles restent muettes. Un exemple, l'adjectif succinct qui s'écrit SU CCINCT et bien le “c” et le “t” qui termine cet adjectif on ne les entend nullement. Alors il faut bien reconnaître quelques exceptions. Par exemple l'adjectif abrupt qui se termine par 2 consonnes qui se font entendre. Et on ne saurait dire pourtant que c'est un emprunt récent à une langue étrangère.  

Cela dit, la plupart de ces exceptions se comprennent en fonction du fait que les mots sont fraichement où assez fraîchement arrivés en français. Par exemple, le mot abstract, qui est un anglicisme hérité du latin bien sûr, hein, qui signifie résumé d'un texte, d'une communication. Eh bien on prononce les 2 consonnes finales, parce que en fait, on a emprunté le mot à l'anglais qu'en anglais. Elles se prononcent.  

Alors voyons maintenant un peu l'histoire de ce mot verdict. Au 18e siècle, il est senti comme un mot anglais, bien que l'anglais l'est, lui-même, emprunté à l'ancien français vers les 12 ou 13e siècle. Et en ancien français, le verdict désigne déjà la décision d'un jury. Et la décomposition du mot est très éclairante par rapport à sa signification. « veirdit », il s'agit du “vrai dit” qu'on trouvera parfois sous la forme latineveredictum, qui est encore plus proche du verdict qui nous intéresse. Il est vrai que l'origine du mot est éclairante sur toute une philosophie du droit. Il sous-entend que la décision du jury, c'est la décision vraie que forcément, elle est conforme au droit à la justice et donc qu'elle ne peut pas se tromper. Et ce mot de verdict a un aspect tranchant, définitif, qui évoque une décision irrévocable et même parfois infaillible. C'est-à-dire qu'il ne peut pas faire fausse route. C'est vrai, ce qui a renforcé par l'image qu'on entend souvent tranchante comme un couperet de guillotine. Le verdict est tombé. Le terme est donc le plus souvent associé à une idée de sanction, alors même que, à priori, il ne préjuge nullement du contenu, parce qu'un verdict peut tout à fait se solder par un acquittement autant que par une condamnation. 

Et comme ça a été le cas pour ce procès exceptionnel, il peut être mûrement réfléchi et s'approcher le plus près possible de ce qu'on appelle l'équité. 

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias