#Французский язык в новостях

Sarcasme

mots-actu_s.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Le sarcasme est-il une bonne arme pour lutter contre des situations politiques qu’on déplore. En tout cas il semble que ce soit celle qu’a choisie Noam Shuster Eliassi, dans sa chanson qui moque l’alliance israélienne avec le riche émirat de Dubaï alors que la situation des Palestiniens en Israël est toujours aussi problématique. Et pour dénoncer cet état de fait, elle chante et présente les choses de manière ironique. Alors bien sûr il faut que l’ironie soit comprise. Et on sait que l’ironie consiste à dire le contraire de ce qu’on pense, mais avec distance, pour mettre au jour, pour rendre évident ce qu’on critique : on fait semblant d’être d’accord avec la position adverse. Le ton est faussement innocent comme on le souligne dans les informations de RFI.

Utiliser le sarcasme, c’est donc être sarcastique. Et l’adjectif est plus courant d’ailleurs que le nom, pour renvoyer à l’expression d’une ironie mordante, acérée. On souligne un caractère incisif, cinglant. Alors que l’ironie peut être légère, amicale, le sarcasme est plus agressif. Et ce mot dérive du latin, qui l’avait emprunté au grec. Il se comprend si l’on se souvient du sens premier de ce mot : sarkazein signifiait ouvrir la bouche en montrant les dents. C’est donc bien un rictus ou un ricanement. Il ne montre aucune joie. Mais dans un processus d’inversion, on utilise les signes de la gaieté pour faire passer une désapprobation acerbe.

On a d’autres mots qui sont proches, et dont certains sont un peu anciens, même s’ils sont encore utilisés : on raille, on utilise la raillerie, on est railleur. Et on a là un verbe, un nom et un adjectif. Alors qu’il n’y a pas de verbe qui corresponde au sarcasme, mais qu’à l’ironie corresponde le verbe ironiser.

Est-ce qu’avec tout ça, on est dans le registre de la satire ? Oui, mais ce mot est plus fréquent par rapport à une expression écrite, théâtrale ou aujourd’hui médiatique. Cette famille de mots remonte, elle aussi, à l’Antiquité, notamment aux Romains, et elle comporte souvent une idée d’imitation proche de la caricature : on mime en forçant le trait pour mettre en évidence les mauvais côtés de ce qu’on montre.

Et aujourd’hui on parle couramment de journaux satiriques à propos d’une presse qui présente l’actualité de manière grinçante et humoristique.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias