#Французский язык в новостях

Russification

mots-actu_r.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Dans les territoires conquis du sud de l'Ukraine, la russification à pas rapide. Voilà une annonce qui a été faite sur RFI et qui signifie tout simplement que dans ces zones, la monnaie russe commence à remplacer la monnaie ukrainienne, que les drapeaux ukrainiens ont été remplacés par des russes et et que les fêtes officielles mettent en scène l'histoire de la Russie. Bref, ont russifie. C'est à dire qu'on transforme toute une société. On met au premier plan un passé russe et on va donner un accent, une allure russe a une vie officielle ou à une vie de tous les jours. 

Alors, ces deux mots : russifier pour le verbe russification pour le nom, ne sont pas nouveaux, ils ont une histoire qui remonte d'ailleurs au 19e siècle, après 1830. Par exemple, des régions polonaises biélorusse, lituaniennes ont été russifiées. C'est comme ça qu'on le dit en français. Et il s'agit au départ d'une russification linguistique bien souvent. Une interdiction des langues locales, remplacé par le russe, transformation d'un certain nombre de noms géographiques traduits en russe ou bien qui prennent un accent ou des terminaisons, disons une apparence à la russe. 

Alors, dans le contexte, il est tout à fait évident que ce mot désigne de façon vaguement péjorative un processus qu’on déplore. Le signe d'une volonté expansionniste qui donne aux régions limitrophes de la Russie un costume russe quoi. Et le mot russification, il n'est pas en soi péjoratif, mais en fait il a certains échos ne serait-ce que par sa sonorité. À quel mot fait-il penser ? Eh bien, par exemple, à massification ça ressemble, et massifier, c'est de transformer un groupe d'individus en masse anonyme, sans identité propre, donc la massification, c'est ce processus qui noie dans la masse.  

Russification rime aussi avec ossification, c'est à dire transformer une matière, par exemple du cartilage en os, donc solidifier pour réunir et peut être pour annexer. 

Mais ce mot de russification fait penser à d'autres qui décrivait des processus à l'œuvre non pas dans des pays conquis, mais dans ceux qui, par exemple, s'était libérée du colonialisme, se prenait en main, chassait où essayait de chasser le souvenir des anciens colons. Et là, on a un tout autre écho pour ces mots-là. 

On a par exemple beaucoup parlé d’africanisation avec des mots différents, selon les États, selon les histoires : sénégalisation, ivoirisation, togolisation, etc. 

Ça revenait essentiellement au départ, à remplacer des personnels européens et colons par des Africains après les indépendances. Avec une mention spéciale peut être pour ce qu'on a appelé la zaïrisation où parfois la zaïrianisation, du temps de Mobutu, dans ce pays qui est aujourd'hui RDC. 

Et à partir du milieu des années 60, il s'agissait de faire oublier le temps de la présence européenne en changeant les manières de s'habiller et même de se nommer en substituant des prénoms africains aux prénoms européens et chrétiens. 

 

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias