#Французский язык в новостях

Rougeole

mots-actu_r.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Une épidémie de rougeole fait peur à la République centrafricaine. Et il est vrai que cette maladie n’est pas aussi bénigne qu’on le croit parfois : elle peut être grave, elle peut tuer. Et elle menace périodiquement : il y a quelques mois, c’était la RDC qui était visée.

Et les épidémies, on sait bien qu’elles font peur : le coronavirus en ce moment inquiète toute la planète.

Alors, comment les appeler, ces maladies ? On sait bien que c’est nécessaire, même si parfois une vieille superstition nous retient de le faire. La Fontaine lui-même s’en souvenait, par exemple dans cette belle fable des Animaux malades de la peste :

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel, en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)

On a fini par la nommer en effet… Mais tardivement, avec crainte, comme si la nommer c’était un peu l’appeler !

Donc, on nomme les maladies, et souvent de façon descriptive ! Et beaucoup ont leur couleur !

On a évoqué la rougeole. La maladie du rouge ? En tout cas, son nom correspond à certains de ses symptômes : une éruption de boutons rouges. Et on voit bien que ce nom de rougeole est courant, pas absolument scientifique. On n’a pas parlé de morbillivirus ni de paramyxoviridae !

Et d’autres affections se rappellent cette couleur, ou une autre proche : la roséole, la rubéole (et là, on se souvient que rubeus en latin signifie roux). Ou même la scarlatine, qu’on appelait jadis fièvre écarlate : les deux mots dont de la même famille !

Si l’on change de couleur, on trouve la terrible maladie bleue, qui souvent frappe les très jeunes enfants.

Ou encore la jaunisse, dans la famille des hépatites. Jaunisse pourquoi ? Parce qu’il parait qu’elle donne un teint cireux, proche du jaune. Et là, on sait bien que cette maladie est utilisée de façon métaphorique pour évoquer le dépit, la frustration, ou la jalousie : j’ai raté mon examen, j’en ai fait une jaunisse. Expression qu’on trouve plus souvent encore utilisée à la négative : « Allez ! Tu ne vas pas nous en faire une jaunisse ! » Encore faut-il préciser que ces façons de s’exprimer sont assez familières !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias