#Французский язык в новостях

Panel

mots-actu_p.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Les préconisations du « panel des médiateurs » en Algérie sont mal vues par le chef d’état-major qui dirige le pays en ce moment. Il rejette ces suggestions et il est très soupçonneux à l’égard de ce collectif de sept personnalités, qui se sont proposées pour établir un lien, une médiation, puisqu’ils se présentent comme des médiateurs entre le pouvoir et les manifestants.

Ce mot de panel est ici utilisé dans un contexte politique, avec un sens qui renvoie à la diversité de tendances représentées par ces personnalités. Ce n’est pas une première, mais le mot se rencontre en général dans d’autres situations, notamment dans des enquêtes d’opinion. On est donc dans le vocabulaire de la statistique.

Un panel en effet désigne un certain nombre de personnes sélectionnées pour s’exprimer sur des sujets précis. Et ces personnes, on les a choisies, parce qu’on trouvait qu’elles représentaient bien un ensemble plus important. Comme si elles reflétaient toute une population : on y trouve la même proportion d’hommes et de femmes, d’agriculteurs et de retraités, de chômeurs et de cadres supérieurs, d’électeurs de droite, du centre et de gauche, d’urbains et de ruraux… On constitue donc un genre de société en miniature, censée être l’image fidèle, bien que réduite de la société réelle. On tente, à partir d’un groupe assez restreint, mais minutieusement choisi, de comprendre comment vivent, pensent, réagissent des millions de gens.

Ce mode d’approche dérive tout droit des enquêtes sociologiques, dont la pratique a importé le mot en français dans les années 50. On a donc constitué des panels de consommateurs pour savoir ce que les gens étaient prêts à consommer, à dépenser ; ce dont ils avaient envie, et ce qu’ils rejetaient. Cela peut servir à faire des sondages sur une élection à venir, mais aussi à savoir comment et à qui vendre une eau minérale ou des services bancaires.

Le mot a été emprunté à l’Amérique de l’après-guerre, mais son origine lointaine est française : on l’entend bien, panel vient de panneau, ce qui évoque l’image de ce qu’on déplie, qu’on déploie. En fait, on comprend mieux l’histoire du mot en se souvenant que dans l’Angleterre du 14e siècle, le « pan » désigne le document sur lequel on écrit le nom de tous les membres d’un jury. Il a donc fini par désigner le jury lui-même, et l’on sait que l’ensemble des jurés d’un tribunal, qu’ils soient ou non tirés au sort, incarne la justice populaire. Il est donc censé représenter le pays tout entier, souverain, et réduit à l’opinion d’une douzaine de personnes. On la tient déjà, cette idée du modèle réduit à l’image de la réalité grandeur nature.

Alors d’autres mots, moins sociologiques peuvent être utilisés : l’éventail, belle image, mais qui n’a pas de caution scientifique. Ou l’échantillon, qui lui en a beaucoup plus, et qui à l’origine évoque la petite quantité qui est à l’image de la grande. Comme un échantillon de tissu, qui permet de se faire une idée de la qualité, de la texture et du coloris.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias