#Французский язык в новостях

Ouvrir et fermer

mots-actu_o.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La prison de la Santé, à Paris, rouvre ses portes, après rénovation. Voilà une information bien étonnante, en tout cas d’un point de vue linguistique. On peut se réjouir de ce qu’on apprend : la prison est rénovée, les cellules seront plus grandes, les conditions de détention meilleures. Les détenus seront privés de liberté : c’est le sort de ceux qui sont emprisonnés ! Mais on peut espérer qu’ils ne seront condamnés qu’à cette privation, et qu’ils pourront mieux organiser leur réinsertion dans la société, après leur libération. Pourquoi donc cette perplexité devant ce titre ? Parce qu’on apprend qu’une prison rouvre ses portes, après les travaux. Elle rouvre ses portes, c’est-à-dire qu’elle reprend du service, qu’elle va de nouveau fonctionner comme un lieu d’enfermement. Elle rouvre ses portes, c’est donc qu’elle va à nouveau les refermer sur ceux qui sont condamnés à y vivre. Alors il est facile de jouer sur les mots. On l’a déjà vu lorsqu’on se demandait s’il fallait rouvrir des lieux d’éducation fermés. La proposition de rouvrir un lieu fermé fait sourire, de même qu’on souriait à l’évocation de la possible réouverture des maisons closes.

Et le même paradoxe, mais dans l’autre sens cette fois s’est retrouvé quand l’administration Obama, aux États-Unis, il y a quelque temps, se demandait s’il fallait fermer Guantanamo, et comment ? « Fermer Guantanamo » signifiait en faire sortir ceux qui y étaient incarcérés, donc d’une certaine façon, ouvrir les portes.

Et bien sûr, dans tous ces cas, on peut jour sur les mots : on dit qu’on ouvre un lieu lorsqu’on le met en marche : on ouvre un hôtel, un restaurant, un cinéma. Ou un magasin, parfois une société. L’image est très courante, et on la poursuit souvent en disant que telle activité ouvre ses portes : l’expression est très visuelle. Et on a bien sûr la formule inverse : une compagnie ou un lieu public ferme ses portes lorsque son exercice cesse. Mais parfois ces fermetures sont provisoires, notamment quand on fait des travaux. La rénovation terminée, on rouvre. Et on peut remarquer qu’on parle de réouverture, mais de manière un peu illogique – et la langue n’est pas logique ! – on ne dit pas réouvrir un lieu : on doit dire le rouvrir. Mais la faute est si fréquente qu’elle est presque passée dans l’usage et que peu de gens s’en formalisent aujourd’hui : les dictionnaires n’accueillent pas ce verbe « réouvrir », l’Académie en condamne l’usage, et on peut s’efforcer de l’éviter. Mais on l’entend très régulièrement !  

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias