#Французский язык в новостях

Outre-mer

mots-actu_o.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

L'Ultramarine ! C’est le nom de ce paquebot bloqué dans le port d’Ushuaia, à l'extrême sud de l'Argentine, interdit d’accostage car dix personnes à son bord seraient atteintes du Covid. Ultramarine pourquoi ? C’est un bon nom pour un bateau, dont on nous dit qu’il est susceptible d’aller « outre-mer ». Ce qui fait rêver : c’est forcément loin, de l’autre côté de la planète.

En français - et en France - on parle beaucoup de l’outre-mer. Et même des Outre-mer : une diversité dont le pluriel essaie de donner l’idée - une idée contradictoire puisque, en même temps, on écrit les outre-mer sans « s ». Les Outre-mer. On sait bien de quoi il s’agit : les pays et territoires qui sont français, mais ne font pas partie de ce qu’on appelle l’hexagone, la France continentale, à laquelle on adjoindra la Corse, si européenne, et pas bien loin ! L’Outre-mer, c’est plus loin que ça, et l’origine du mot nous l’indique bien : de l’autre côté de la mer. Le terme est fort ancien : on le trouve en ancien français depuis le XIe siècle, bien avant donc la découverte du Nouveau Monde. On l’imagine d’abord comme un mot de navigateur : pour aller outre-mer, il faut aller de l’autre côté de la mer ! C’est bien le sens de la préposition outre, qu’on trouve dans bien d’autres mots, dont beaucoup (pas tous !) sont d’ailleurs géographiques : outre-Manche, les îles Britanniques, outre-Rhin l’Allemagne. Mais avec outre-mer, on a un saut qualitatif : on se projette de l’autre côté d’une immense étendue d’eau, de l’autre côté du globe d’une certaine façon.

Et l’expression a été reprise à l’époque moderne, et apparaît même dans des désignations officielles : on appelle en général la France d’Outre-mer, les territoires lointains qui ont été placés sous régime colonial et qui sont français aujourd’hui : les PTOM, c’est-à-dire pays et territoires d’Outre-mer, à quoi il faut ajouter les régions qui ont un statut de département : Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion, Mayotte… Et même, on utilise l’adjectif qui en dérive, et on l’emploie aussi comme nom : on parle des climats ultra-marins. Et on parle des Ultra-marins en général pour désigner les gens qui vivent là. Ce n’est pas si courant, c’est un peu politique un peu politiquement correct. Dans ces régions dont le peuplement a bien sûr été marqué par l’esclavagisme et la traite, on est toujours un peu inquiet de la manière dont on va nommer les habitants : certaines dénominations sont considérées comme minorantes, péjoratives, méprisantes parfois ! Ultramarin semble assez neutre. Même si l’allusion géographique est centrée par rapport à la France : ce sont ces îles qui sont considérées comme outre-mer, lointaines. Lointaines par rapport à quoi ? À l’hexagone, à la capitale, conçus comme références implicites évidentes. De la même façon les Basques français n’aiment pas (pour certains d’entre eux) qu’on parle du Sud-Ouest pour désigner leur région : par rapport à l’ensemble du pays basque, ils sont au nord ! Cela dit, ultra-marin est une manière de parler qui tend à se répandre. Et les troubles qui secouent en ce moment certaines îles antillaises - Martinique et Guadeloupe - ont rendu ce terme plus familier encore.

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias