#Французский язык в новостях

Mémoires

mots-actu_m.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

On a appris il y a quelques jours que le groupe d’éditions Hachette renonçait à publier les Mémoires de Woody Allen. Mais en fait, de quoi s’agit-il quand on écrit ses Mémoires ? De rappeler ses souvenirs et de témoigner sur un certain nombre d’événements dont on a été le témoin ou l’acteur : on se rappelle une suite de fait, des conversations, des attitudes, des décisions. Mais dit-on toujours la vérité quand on écrit ses Mémoires ? Sûrement pas ! D’abord on peut se tromper, ensuite on peut en profiter pour donner une version de certains faits de certaines scènes qui vous soit favorable. Et ça fait partie de l’exercice. On sait bien par exemple que Chateaubriand dans ses célèbres Mémoires d’Outre-tombe, transforme un peu sa vie pour l’embellir. Écrire ses Mémoires, ce n’est pas forcément faire œuvre d’historien ! Pourtant il faut prendre garde de ne pas se tromper, de ne pas être trahi par sa mémoire. Ainsi s’explique le mot ! Mais il a un emploi particulier : d’abord, dans ce sens-là, il est toujours employé au pluriel. Et s’il fait bien sûr partie de la même famille que la mémoire, méfions-nous : il ne s’agit pas du même mot, qui n’a pas le même genre : les Mémoires sont au masculin. Ce qui peut surprendre : le terme se termine par un « e », et on peut confondre bien sûr avec la mémoire. Mais les deux mots sont distincts. Nous avons là affaire au pluriel d’un mémoire, c’est-à-dire un texte court, en général théorique, qui est comme une étude sur un sujet particulier. Les Mémoires, c’est différent : il s’agit d’une collection de choses qu’on se rappelle. Alors bien entendu, les Mémoires font concurrence aux souvenirs. De nombreux ouvrages entrent dans cette catégorie, font partie de ce genre. Mais on imagine fréquemment les souvenirs comme plus privés, plus intimes. Le mot Mémoires est davantage réservé à des chroniques qui mêlent le privé et le public : on lit les Mémoires des personnes illustres, les politiques, qui ont participé à l’histoire, ou qui ont fréquenté les grands de ce monde, ou même qui se sont rendu célèbre en tant qu’artistes ou que créateurs. Monsieur ou Madame Tout le monde n’écrirait pas forcément ses Mémoires. Ou alors ça pourrait sembler prétentieux.
Alors pourquoi les Mémoires font-ils parfois scandale ? C’est que ces textes sont écrits le plus souvent par des gens d’un certain âge, plus ou moins retirés de la vie publique, qui ne sont pas morts bien sûr, mais souvent retirés. Alors, d’une certaine façon, on n’a plus rien à perdre, ou plus rien à craindre. Et on considère souvent que dans les Mémoires, on pourra trouver des témoignages exceptionnels qui vont amener une certaine lumière sur des épisodes mystérieux : les mémorialistes, puisqu’on les appelle comme ça, parfois, ne se sentent plus tenus par une obligation de réserve ; ils révèlent donc ce que pendant longtemps ils ont cru devoir cacher, et parfois font la lumière sur ce qui restait obscur.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias