#Французский язык в новостях

Journal en français facile 28/05/2017 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Florent Guignard : Radio France Internationale, il est 20 heures en temps universel, 22 heures à Paris.

-----

Bonsoir, bienvenue, c'est le journal en français facile, que je vous présente avec Vincent Dublange, bonsoir Vincent.

Vincent Dublange : Bonsoir Florent, bonsoir à tous.

FG Au sommaire, Vincent, le palmarès du festival de Cannes :

VD Palme d'or au film suédois « The Square », de Ruben Ostlund. Diane Kruger et Joachim Phoenix reçoivent les prix d'interprétation.

FG Donald Trump, de retour aux Etats-Unis, se remet à twitter, il dénonce les dernières révélations sur les liens de son beau-fils avec la Russie.

VD 146 morts et 500 000 déplacés au Sri Lanka après de très fortes pluies. On redoute à présent l'apparition de maladies.

FG Rendez-vous enfin avec « L'expression de la semaine » d'Ivan Amar : mettre au pas, la mise au pas de l'audiovisuel public en Israël.

-----

VD Vous l'avez peut-être suivie, écoutée, en direct sur RFI : la cérémonie de clôture du festival de Cannes, avec notamment l'attribution de la Palme d'Or, la plus haute récompense à Cannes.

FG Palme d'Or à un film suédois, qui porte un titre anglais : « The Square », le carré en français, du réalisateur Ruben Ostlund. Une satire, une comédie moqueuse, sur le milieu de l'art moderne confronté aux migrants. L'une de nos envoyées spéciales à Cannes, Elisabeth Lequeret, nous détaille le palmarès.

« The Square » est le portrait au vitriol du conservateur d’un musée d’art  moderne, qui a bien du mal à vivre en accord avec ses valeurs. Grand prix du jury à un film français, « 120 battements par minutes » de Robin Campillo, une grand fresque intime et politique sur les années Act Up. Diane Kruger et Joaquin Phoenix remportent  les deux prix d’interprétation.

La première pour son rôle dans « In the fade » de l’Allemand Fatih Akin, une femme part venger la mort de son fils et de son mari, tués par des néo-nazis. Le second pour « You were never really here » de la Britannique Lynn Ramsay, où il  joue un vétéran de la guerre en Irak devenu homme de main. « You were never really here » qui a aussi reçu le prix du scénario, qu’il partage avec « Mise à mort du cerf sacré » du Grec Yorgos Lanthimos. Prix de la mise en scène aux « Proies » de Sofia Coppola, un huis clos pendant la Guerre de Sécession : un déserteur nordiste trouve refuge dans un pensionnat de jeunes filles. Prix du jury à « Faute d’amour » d’Andrei Zviaguintsev, un portrait glaçant de la Russie d’aujourd’hui, à travers le portrait d’un couple qui divorce. Enfin la star Nicole Kidman, présente cette année dans quatre films dont deux en compétition, est couronnée d’un prix spécialement créé pour la circonstance, le prix du 70e. Elisabeth Lequéret, Cannes, RFI.

VD Dans l'actualité culturelle française, on a aussi appris ce soir la mort du comédien Jean-Marc Thibault, à l'âge de 93 ans.

FG Jean-Marc Thibault, célèbre pour son duo comique avec Roger Pierre, quand la télévision française était en noir et blanc. Célèbre aussi pour son rôle dans la série « Maguy », diffusée pendant de longues années le dimanche soir sur la deuxième chaîne, quand France 2 s'appelait Antenne 2.

VD Aux Etats-Unis, Donald Trump de retour à la maison, à la Maison-Blanche, il a repris ses vieilles habitudes.

FG Lors de sa longue tournée de neuf jours au Moyen-Orient et en Europe, le président des Etats-Unis s'était montré particulièrement discret dans son expression publique - il n'a donné aucune conférence de presse, et il s'était abstenu d'utiliser Twitter, son mode d'expression favori. Eh bien, cette période de diète, d'abstinence, voire de privation, est terminée. Dès ce matin, Donald Trump a écrit toute une série de tweets pour mettre en cause les dernières révélations de la presse sur les liens entre son entourage et la Russie. Des « fakes news », de fausses informations, s'est-il exclamé. Anastasia Becchio.

Si pendant son séjour à Bruxelles au sommet de l’OTAN et en Sicile au G7, l’agenda de Donald Trump était tellement serré qu’il n’a pas vraiment eu le temps de twitter, il a repris ses bonnes vieilles habitudes dès son retour à la Maison Blanche, pour s’en prendre à l’une de ses cibles préférées : les médias et les mensonges qu’il les accuse de véhiculer. Car durant le séjour de Donald Trump en Sicile, la presse américaine a publié de nouvelles révélations sur son gendre Jared Kushner. Selon le Washington Post, le mari de sa fille Ivanka aurait tenté d’établir un canal de communication secret avec les Russes en décembre dernier, avant l’investiture. Tout ceci n’est que mensonges, rétorque, en substance, Donald Trump dans une série de tweets, publiés ce dimanche matin, soutenant que les articles qui citent des sources anonymes, font, selon lui, référence à des informations qui n’existent pas ou qui sont « fabriquées par les rédacteurs de fausses nouvelles ». « Les informations bidons, voilà l’ennemi », écrit le président américain. La réponse des internautes n’a pas tardé : ils ont rapidement ressorti un tweet d’août 2012 dans lequel Donald Trump, citant une « source extrêmement crédible », affirmait que le président d’alors, Barack Obama n’était pas né aux Etats Unis.

VD Au Royaume-Uni, une nouvelle arrestation dans l'enquête sur l'attentat de Manchester.

FG Un homme de 25 ans a été interpelé, 12 personnes au total sont désormais en garde à vue, mais la police britannique pense que des complices du terroriste sont peut-être encore en fuite.

VD Venons-en maintenant au dernier bilan des inondations et des glissements de terrain au Sri Lanka, provoqués par la mousson, ces vents chauds et humides venus de la mer qui provoquent d'importantes pluies

FG 146 morts, des dizaines de disparus, et 500 000 personnes déplacées. Il a un peu moins plu aujourd'hui au Sri Lanka, les secouristes sont sur le terrain pour tenter de distribuer de l'aide aux sinistrés. Helena Tomic a joint au téléphone le porte-parole de la Croix Rouge, Mahieash Johnney. Le problème qui va se poser maintenant, c'est l'apparition de maladies et d'épidémies.

« Depuis hier il ne pleut plus, du coup de nombreuses organisations humanitaires ont pu se déployer sur le terrain. La Croix Rouge a pu atteindre des zones jusqu'ici inaccessibles. Actuellement nous travaillons sur l'évacuation des sinistrés vers des lieux sûrs, après avoir été bloqués pendant plus de 40 heures. La deuxième priorité est de leur prodiguer des soins médicaux appropriés et enfin de fournir des tentes, de la nourriture et de l'eau potable. D'après les services météo, les précipitations pourraient reprendre dès demain. De nouvelles zones jusqu'ici épargnées pourraient être inondées à leur tour. Lorsque la pluie cessera de tomber, notre priorité sera alors d'empêcher l'apparition de maladies infectieuses, de fortes fièvres mais surtout de la dengue. Une maladie qui a provoqué il y a 6 mois environ, la mort de 200 personnes. 50 000 autres ont été infectés par le virus. Dans les deux à trois prochaines semaines, empêcher la dissémination de la dengue sera notre priorité. »

FG Le porte-parole de la Croix Rouge sri lankaise, avec Helena Tomic.

VD Et comme tous les dimanches, rendez-vous à présent avec « L'expression de la semaine » d'Ivan Amar.

FG Et ce qui a retenu l'attention d'Ivan Amar dans l'actualité, c'est « la mise au pas » des médias publics en Israël. Mise au pas, mettre au pas, Ivan.

Netanyahou veut mettre l'audiovisuel public au pas. Et dans cette phrase, il y a bien l'idée d'un rappel à l'ordre. Si l’on veut mettre au pas le monde de l'audiovisuel, c'est que l’audiovisuel n’est pas vraiment au pas, c’est-à-dire qu'il se comporte de façon trop indépendante. Et c'est peut-être aussi qu'il n'est pas aux ordres, qu'il n'en fait qu'à sa tête, qu’il fait ce qu’il veut, qu'il se croit au-dessus des règlements, ou des lois, ou des consignes. Comme si l’audiovisuel public se croyait tout permis, et qu'il était absolument libre de ses mouvements, de ses actions, de ses prises de position. Alors, mettre l'audiovisuel au pas, c'est d'abord rappeler qui commande, qui doit obéir. Et cette idée d'obéissance, elle est très importante pour comprendre cette expression. Cela se fait en général de façon sèche, de façon autoritaire : c’est un ordre qui claque et qui surprend. Donc il y a une allure tout à fait militaire dans cette formulation. Parce que qui est-ce qui marche au pas ? Eh bien ce sont les soldats, quand ils défilent, quand ils paradent, et surtout  quand ils obéissent. Donc cette expression « mettre au pas » donne l'idée d'une discipline stricte qui s'exerce, alors que pendant un moment peut-être on avait cru qu’on pouvait l'oublier. Il s'agit d'une reprise en main : reconsolider une autorité qui avait pu se faire oublier. On ne sent pas exactement une volonté d'humilier celui qui est trop libre, mais il faut le rendre docile, pour éviter les dérives financières, peut-être, mais aussi pour éviter trop de critique, trop d'impertinence, de moquerie : mettre au pas c'est également exiger le respect, du moins en apparence.

FG Ivan Amar, dans le journal en français facile. Il est presque 22 heures 10 à Paris, merci Vincent Dublange.

VD Merci Florent.

FG Très bonne soirée à tous.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias