#Французский язык в новостях

Journal en français facile 27/06 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Adrien Delgrange :
20h en TU, 22 heures à Paris, vous êtes à l'écoute de Radio France Internationale. Bonsoir à tous et bienvenue, ravi de vous retrouver pour ce journal en français facile, pour vous le présenter je suis accompagné de Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zephyrin Kouadio :
Bonsoir Adrien, bonsoir à tous.

AD :
Au sommaire de ce journal international du 27 juin.

ZK :
Angela Merkel, François Hollande et Matteo Renzi se mettent d'accord au sujet du Brexit.

AD :
Les 3 dirigeants veulent maintenant formaliser rapidement le départ du Royaume-Uni de l'UE.

ZK :
Un peu plutôt dans la matinée, David Cameron a répété que Londres attendra plusieurs mois avant de lancer la procédure de divorce avec l'UE.

AD :
Dans l'actualité, en Jordanie le détournement d'armes crée des tensions avec les États-Unis.

ZK :
Le Crash de l'avion Egypt Air : l'hypothèse de l'attentat s'éloigne d'après la justice française.

AD :
L’Euro de Foot : la victoire des Italiens face aux Espagnols : 2 à 0. À la mi-temps, les Islandais dominent les Anglais 2 à 1.

ZK :
« Pas de négociations avec le Royaume-Uni avant une notification formelle, de document officiel, sur sa volonté de sortir de l'UE ! »

AD :
Tel est le message qu'ont martelé Angela Merkel, François Hollande, Matteo Renzi, ce lundi soir à Berlin. Les trois dirigeants des principaux pays fondateurs de l'UE se sont réunis à la veille du Conseil européen demain afin d'arrêter une position commune sur le Brexit. Quatre jours après le Brexit, Allemagne, France, Italie parlent d'une seule voix. À Berlin pour RFI, la correspondance de Pascal Thibaut.

Afficher leur solidarité, faire des propositions concrètes pour relancer l'Europe avant que le Brexit britannique ne donnent des idées à d'autres pays et remettent en cause l'intégration du continent. Tel était le message des responsables des trois grands pays fondateurs de l'Union européenne. Angela Merkel, François Hollande et Matteo Renzi regrettent la décision des électeurs britanniques. Leur empressement à y répondre n'est toutefois pas exactement le même. Le président français veut que des négociations avec Londres débutent rapidement pour lutter contre les incertitudes. Angela Merkel est plus patiente. Face à cette crise, les trois dirigeants veulent donner une nouvelle impulsion au projet européen et répondre avec des propositions concrètes aux attentes des électeurs sceptiques. La sécurité intérieure et extérieure avec la lutte contre le terrorisme et la protection des frontières européennes. Sur les dossiers économiques, ils plaident pour des efforts pour la croissance, les investissements et l'emploi notamment au profit des plus jeunes frappés dans de nombreux pays par un chômage massif. Autant de propositions qui seront discutées lors du sommet européen de Bruxelles qui commence ce mardi. Une rencontre spéciale sur ces dossiers est prévue pour septembre. Pascal Thibaut, Berlin, RFI.

ZK :
Toujours au sujet du Brexit, au Royaume-Uni, le Parlement s'est réuni ce lundi matin pour discuter des conséquences des résultats du référendum.

AD :
Le Premier ministre, David Cameron, a répété devant les députés qu'il ne déclenchera pas immédiatement, qu’il n’entamera pas tout de suite la procédure de sortie de l'UE.

ZK :
La décision des Britanniques de quitter l'Union européenne fait réagir le monde entier. Exemple en Chine. Pour Pékin, Londres a toujours été la porte d’entrée vers l’un des plus grands marchés du monde.

AD :
De nombreuses banques et entreprises chinoises ont d'ailleurs installé leur quartier général, leur siège, dans la City, le centre financier international de Londres. Pour l’économiste chinois -William Hua Wang - le « Brexit » pourrait changer la donne et les investisseurs chinois pourraient se tourner d'avantage vers Francfort ou encore Paris : L’économiste chinois William Hua Wang, joint par Heike Shimdt au sujet du Brexit.

ZK :
Les excuses de Recep Tayip Erdogan à Vladimir Poutine !

AD :
L'incident avait provoqué une crise majeure entre la Russie et la Turquie l'an dernier. L'armée turque avait abattu un avion russe et tué son pilote, car pour Ankara l'avion avait survolé son territoire national sans autorisation. Sept mois plus tard, le président turc a envoyé une lettre d'excuse et  exprime ses sincères condoléances à la famille du pilote russe tué. Moscou accepte les excuses de la Turquie.

ZK :
Un grain de sable se glisse dans la longue histoire de coopération entre les États-Unis et la Jordanie.

AD :
Selon une enquête menée par le New York Times et Al Jazeera, des officiers de l’armée jordanienne ont détourné de l’armement fourni par la CIA, les services secrets américains. Des armes destinées aux rebelles syriens et qui transitées par Aman la capitale de la Jordanie. Les précisions de Sami Boukhelifa.

Tout commence en novembre dernier. Un capitaine de la police jordanienne ouvre le feu sur son lieu de travail : il abat plusieurs collègues parmi lesquels deux formateurs américains. Dans la foulée une enquête est ouverte. Le FBI y participe et fait cette découverte : les armes ayant tiré ces balles meurtrières lors de cette attaque sont des armes américaines volées. L’enquête se poursuit. Elle révèle finalement un détournement de grande ampleur. La trahison est d’autant plus douloureuse qu’elle intervient dans un pays ami de longue date. Des millions de dollars d’armement sont fourni par Washington aux rebelles syriens, via la Jordanie. Ces armes jamais arrivées à bon port, ont en fait été revendues sur le marché noir par des membres de l’armée jordanienne. Fusils d’assaut, mortier, grenades ont inondé les circuits parallèles en Jordanie et alimenté réseaux criminels et tribus rurales. Loin de soutenir la cause de la rébellion syrienne, ces millions de dollars d’armement ont servi en réalité à offrir un train de vie luxueux à certains officiers du renseignement du Royaume Hachémite. Sami Boukhelifa.

ZK :
Dans le crash du vol d’Egypt’Air, en mer Méditerranée. L'hypothèse de l'attentat s'éloigne.

AD :
Le parquet de Paris a ouvert aujourd'hui une information judiciaire pour « homicides involontaires » : le fait de causer la mort d'une ou plusieurs en n'étant directement responsable. L'incident technique reste privilégié pour les enquêteurs. Quarante Égyptiens et 15 Français à bord ont la perdu dans le crash de cet avion le 19 mai dernier.

ZK :
En France, nouvelle manifestation demain contre la loi travail, au moment où les sénateurs se prononceront en 2è lecture sur le texte.

AD :
La manifestation parisienne est autorisée mais la préfecture prévient. Plus de 2500 policiers et gendarmes seront mobilisés pour sécuriser la manifestation.

ZK :
L'écrivain Maurice G. Dantec est mort à 57 ans d'une crise cardiaque.

AD :
Le petit gamin d'Ivry sur Seine s'était hissé au rang d'un des plus grands noms du polar français, à la croisée des genres avec la science-fiction. Naturalisé canadien, il se définissait comme un écrivain nord-américain de langue française. Isabelle Chenu retrace son parcours professionnel.

Sa carrière avait démarré de manière fulgurante avec « La sirène rouge » impressionnant roman noir publié en 1993, un road movie à travers l'Europe et ses réseaux de prostitutions enfantines. Maurice G. Dantec, fils d'ouvrier, né en banlieue parisienne était fasciné par les auteurs de science-fiction ou de polars américains James Ellroy, William Burroughs, Philip K. Dick. Dès son deuxième roman « Les racines du mal », il croise la littérature de science-fiction et une veine de polar très noir dans un style cyber punk. À la fin des années 90, son troisième opus « Babylon Babies » est un succès de librairie et Maurice G. Dantec draine une cohorte de lecteurs assidus. Certains le qualifiant même d'un des plus grands auteurs de polars français. En privé, le personnage est souvent décrit par ses proches comme chaleureux et généreux, mais l'artiste est prêt à aller au bout de toutes les expériences pour écrire un chef d’œuvre dont celle des psychotropes qui lui a sans doute permis de nourrir une oeuvre inclassable. Sujet à des problèmes de santé physiques et mentaux, les tirages de ses romans baissent pour laisser place aux polémiques politiques ou à des obsessions de la conspiration. À 57 ans il laisse 11 romans de genre, le dernier « Les résidents » était sorti en 2014 aux éditions Inculte.

AD :
Isabelle Chenu au sujet du décès Maurice G. Dantec.

ZK :
L'euro de foot 2016 nous réserve des surprises avec les deux derniers 8è de finale. Devant 80 000 spectateurs au stade de France, les Italiens ont battu les Espagnols (favori de la compétition) : 2 à 0. Et pour l’instant, le match n'est pas terminé : l’Angleterre est dominée par l'Islande, les Islandais mènent 2 à 1.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias