#Французский язык в новостях

Journal en français facile 16/06/2022 20h00 GMT

Studio RFI
UNION EUROPÉENNE : 4 chefs d'État ont apporté leur soutien à la candidature de l'Ukraine à l'Union européenne ; et autres nouvelles.

Transcription

Anne Corpet : RFI, il est 22h à Paris, 20h en temps universel. Bienvenue dans le Journal en français facile présenté ce soir avec Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Anne, bonsoir à tous.

AC : Les dirigeants français, allemand, italien et roumain à Kiev ce jeudi. Les quatre chefs d'État ont apporté leur soutien à la candidature de l'Ukraine à l'Union européenne.

SB : « La Russie est un fournisseur d'énergie fiable pour les amis de la Russie » c'est ce qu'a déclaré ce jeudi le patron de Gazprom. Le dirigeant du géant gazier russe parlait avant des raisons techniques pour expliquer la baisse de livraison de gaz vers l'Europe. Une version maintenue par le Kremlin. 

AC : La police israélienne dit avoir terminé son enquête sur la mort de Shireen Abu Akle, cette journaliste américano palestinienne abattue à Djenine en Cisjordanie. Mais les conclusions de cette enquête n'ont pas été rendues publiques. 

SB : Et puis dix jours après la disparition du journaliste britannique Dom Phillips et de l'expert brésilien Bruno Pereira en Amazonie, leur mort a été confirmée. Un suspect a reconnu avoir enterré leurs corps.

-----

SB : Emmanuel Macron, Olaf Scholz, Mario Draghi étaient à Kiev ce jeudi.

AC : C'est la première visite sur place des dirigeants français, allemand et italien depuis le début de l'invasion russe. Ils étaient aussi accompagnés du président roumain. Les quatre chefs d’État se sont rendus à Kiev pour apporter un message de soutien, d’unité européenne au peuple ukrainien. Ils se sont dit prêts à accorder « immédiatement » à l'Ukraine le statut de candidat à une adhésion à l'Union européenne. C'est ce qu'a précisé Emmanuel Macron, le président français lors d'une conférence de presse. On l'écoute.

« Tous les 4, nous soutenons le statut de candidat immédiat à l'adhésion à l'Union européenne pour l'Ukraine. Ce statut sera assorti, nous l'avons dit tous ensemble, d'une feuille de route et impliquera aussi que soient prises en compte la situation des Balkans occidentaux et du voisinage, en particulier de la Moldavie. Nous aurons dans les prochains jours à bâtir ensemble l'unanimité des 27 pour ce Conseil européen si important. Mais à travers notre visite, l'échange que nous avons eu et cette expression claire, c'est un geste fort, rapide, attendu, d'espoir et de clarté que nous voulons envoyer à l'Ukraine et à son peuple. »

SB : Voila donc, Emmanuel Macron a aussi annoncé, Anne, que la France allait livrer à l'Ukraine « six Caesar supplémentaires ». 

AC : Oui, il s'agit de canons automoteurs réputés pour leur précision. Douze canons de ce type ont déjà été livrés. L'ensemble représente près du quart du stock de l'armée française de ce type de matériel.

SB : Toujours à Kiev, le chef du gouvernement italien Mario Draghi a de son côté accusé jeudi Gazprom de « mensonges ».

AC : Le géant gazier a annoncé hier la réduction unilatérale de fournitures de gaz à l’Italie. Avant-hier, il avait prévenu l'Allemagne de la baisse de ses livraisons. Gazprom avait expliqué que cette diminution était due à des problèmes de maintenance, et à l'absence de pièces de rechange. « Nous pensons que ce sont des mensonges » a déclaré Mario Draghi avant de dénoncer une « utilisation politique du gaz ». Ce soir, le porte-parole du Kremlin a répété que la baisse des livraisons de gaz russe à l'Europe, était due à des problèmes de maintenance et qu'elle n'était pas préméditée. Mais lors d'un forum économique en Russie, ce jeudi, le directeur général de Gazprom a finalement été beaucoup plus direct. Correspondance à Saint-Pétersbourg, Paul Gogo.

« Notre produit, nos règles », a déclaré Alexeï Miller, directeur général du géant pétrogazier Gazprom jeudi. Le responsable s'est exprimé dans le cadre du forum économique de Saint-Pétersbourg qui doit servir, pour le Kremlin, à démontrer qu'il ne s'est pas isolé sur la scène internationale en s'engageant en Ukraine. En faisant sa déclaration à la suite d'une baisse de livraison de gaz vers l'Europe à hauteur de 60%, l'homme d'affaires a fait voler en éclat une règle chère au Kremlin. La Russie a toujours mis un point d'honneur à prouver à ses clients qu'elle est un partenaire fiable, refusant de jouer sur le levier du gaz dans le cadre de conflits qui ne touchaient pas directement l'Europe. La règle n'existe visiblement plus, « la Russie est un fournisseur d'énergie fiable pour les amis de la Russie », a-précisé Alexeï Miller. Depuis le début de la guerre en Ukraine, les pays européens sont qualifiés d'inamicaux par le pays. Le Kremlin a également pris les devants et interrompu la livraison auprès de plusieurs clients européens qui avaient refusé de payer en rouble. Vladimir Poutine est attendu sur ce sujet comme sur celui des céréales vendredi midi, dans un discours qu'il doit prononcer devant des représentants du monde économique russe et égyptiens. Paul Gogo, Saint-Pétersbourg, RFI.

SB : La police israélienne a rendu les conclusions de son enquête sur la mort de Shireen Abu Akleh. 

AC : Cette journaliste palestino-américaine de la chaîne de télévision Al Jazeera, avait été tuée d’une balle dans la tête, lors d’une opération de l’armée israélienne en Cisjordanie occupée. Quelques jours plus tard, lors de son enterrement à Jérusalem, les forces de sécurité israéliennes avaient violement chargé la foule et matraqué les porteurs du cercueil. Dans la foulée, la police israélienne avait donc ouvert une enquête. Elle est terminée. Mais ses conclusions n'ont pas été rendues publiques. À Jérusalem, correspondance de Sami Boukhelifa.

D’un côté, des évènements d’une violence inouïe. De l’autre, une enquête interne énigmatique. La police israélienne publie un simple communiqué : « La police, sous mes instructions, a enquêté pour évaluer l'action de ses forces sur le terrain, afin d'en tirer des conclusions et améliorer le déroulement opérationnel dans ce type d'événements », explique ainsi le commandant de la police israélienne.  Comment ? Pourquoi un usage de la force aussi excessif ? Qui en a donné l’ordre ? Faut-il des sanctions ? Ces questions demeurent pour le moment sans réponse. Des milliers de Palestiniens avaient participé aux obsèques de la journaliste vedette d'Al Jazeera à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville sainte, occupée et annexée par Israël. L'Autorité palestinienne, Al Jazeera et le Qatar ont accusé l'armée israélienne d'avoir tué la journaliste. « Peu importe ce qu'Israël dit ou fait, les images sont suffisamment éloquentes. Les policiers ont agressé les porteurs du cercueil et ils essayent de dissimuler leurs actes et leurs fautes », a réagi le frère de la défunte, Anton Abu Akleh, contacté par l’AFP. Sami Boukhelifa, Jérusalem, RFI.

SB : Dix jours après la disparition du journaliste britannique Dom Phillips et de l'expert brésilien Bruno Pereira en Amazonie, leur mort a été confirmée.

AC : Un suspect a reconnu avoir enterré leurs corps et des « restes humains » ont été retrouvés sur les lieux des recherches. Les deux hommes avaient disparu dans la région frontalière du Pérou et de la Colombie, où prospèrent les trafics de drogue et l'orpaillage, la recherche d'or illégale. La réaction d'Ilvia Souza représentante de l'Ordre des avocats du Brésil, au micro de Raquel Miura Bonazzi de la rédaction lusophone de RFI.

L’enquête n'est pas terminée et nous attendons de savoir qui sont les vrais responsables de ce crime horrible. S'il y a des commanditaires ou pas. Et surtout, nous attendons qu'il y ait une application effective de la législation de notre pays dans le sens de la responsabilité et de la punition des auteurs de ce crime abominable. Pas seulement pour tenir les auteurs individuellement responsables et les punir, mais également pour que l’État brésilien réagisse par le biais de politiques publiques efficaces afin de protéger les peuples autochtones et leurs terres et de répondre aux besoins de cette région éloignée qui a ses propres particularités. J'ai de l'espoir que c'est horrible assassinat puisse garantir l'efficacité de la politique de protection que nous avons déjà, mais qui n'est pas appliquée et que soit conçu de nouvelles politiques spécifiques pour les défenseurs des droits de l'homme et les peuples indigènes. 

AC : Et ce jeudi à Bruxelles, sept chefs autochtones brésiliens ont dénoncé devant les institutions européennes le climat de violence et d' « impunité » en Amazonie. 

SB : La France subit une vague de chaleur, avec des températures qui dépasseront les 40 degrés ce vendredi.

AC : De nombreux records de température devraient être battus dans plusieurs régions. Vingt-cinq départements français ont été placés jeudi en vigilance orange, douze en vigilance rouge. Un tiers du pays est concerné, principalement dans le Sud-Ouest et l'Ouest.
     
SB : Et on termine avec cette bonne nouvelle pour les fans de Beyoncé, dont vous êtes Anne, je crois.

AC : Mais oui, bien sûr. La chanteuse afro-américaine a annoncé qu'elle sortirait… voilà on en rit déjà … son septième album. Ce sera le 29 juillet. Il s'intitulera « Renaissance ». Et pour cause, le précédent album de Beyoncé datait de 2016. 
Il est bientôt 22h10 sur RFI. Merci de nous écouter. C'est la fin de ce Journal en français facile. Il a été réalisé par Fabrice Violet. À bientôt. 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias