#Французский язык в новостях

Journal en français facile 15/10/2017 20h00 GMT

15 октября 2017
Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Namouri Dosso : Vous écoutez Radio France Internationale. Il est 22h à paris, 20h en temps universel. Soyez les bienvenus dans votre Journal en français facile. Pour vous informer, Zéphyrin Kouadio est à mes côtés. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Namouri, bonsoir à tous !

ND : À la une de ce journal : en France, le président de la République, Emmanuel Macron a répondu aux questions des journalistes au cours d'un entretien télévisé. Le premier depuis son élection à la tête du pays. En Autriche le futur chancelier sera âgé de 31 ans. Sébastian Kurz et son parti ont remporté les élections législatives. Au Venezuela dix-huit millions de personnes sont attendues dans les bureaux de vote pour élire les gouverneurs de Régions. Ce vote représente un test pour le pouvoir et l'opposition. Enfin nous finirons avec l'Expression de la Semaine, présentée par Yvan Amar.

ZK : On débute ce journal avec le premier entretien télévisé du président français, Emmanuel Macron, depuis son entrée au Palais l'Élysée.

ND : Pour en parler avec nous, Valérie Gas du Service politique de RFI. Valérie, en un peu plus d'une heure de question-réponse le chef de l’état est revenu sur les sujets qui on fait polémique ces dernières semaines.

Oui, c'était un peu une opération déminage et reconquête à laquelle s'est livré Emmanuel Macron ce soir. Le chef de l'État a essayé de se justifier notamment concernant ces mots qu'il a utilisés encore récemment et qui ont contribué à lui coller une image d'arrogance. Le chef de l'État s'en est défendu. Le « bordel », c'est du langage populaire, a-t-il expliqué, il a même invité les journalistes à vérifier dans le dictionnaire. Emmanuel Macron assume son vocabulaire et sa volonté de nommer les choses. Mais il a tout de même réaffirmé pour ceux qui en doutaient que sa motivation, c'était l'amour de son pays et des Français. Sans regret, Emmanuel Macron a affiché sa volonté d'avancer sur les réformes qu'il a annoncée durant la campagne, « sur tout, je fais ce que j'ai dit, ça surprend, c'est nouveau » a-t-il déclaré. Ses prédécesseurs apprécieront. Emmanuel Macron a expliqué sa « philosophie » de l'action politique qui, selon lui, doit permettre de transformer le pays pour que chacun y « trouve sa place ». Une manière de refuser l'image de président des riches. Des riches qu'il a d'ailleurs comparés à des « premiers de cordée », qui peuvent tirer le pays. Et pour enfoncer le clou, il a précisé « je ne crois pas à la jalousie française ». Emmanuel Macron persiste et signe.

ND : Merci Valérie pour ces précisions. 

ZK : La victoire d'Angela Merkel aux législatives de septembre dernier a été de courte durée.

ND : La CDU, le parti de la chancelière a été devancé par les sociaux-démocrates lors du scrutin régional en Basse Saxe aujourd'hui. Les sociaux-démocrates du SPD récoltent un peu plus de 37% des voix. Devant la CDU à 35% selon les sondages diffusés par la télé allemande. Le parti d'extrême droite AFD passerait la barre des 5% et pourrait être représenté au sein du parlement régional. Il s'agit d'un revers pour Angela Merkel à la veille de négociations avec les Verts et les Libéraux en vue de constituer une coalition gouvernementale.

ZK : En Autriche, c'est un jeune homme de 31 ans qui dirigera le pays.

ND : Sébastian Kurtz, candidat de l'OVP, Le Parti populaire autrichien. Cette formation politique conservatrice a recueilli un peu plus de 31% des suffrages. Elle devance le parti social-démocrate qui obtiendrait environ 27% et le FPÖ, le parti d’extrême droite, à 26%. Les résultats définitifs seront connus jeudi soir. Sauf très grande surprise. Sébastian Kurz deviendra le plus jeune chef de gouvernement en Europe. Il s'est exprimé ce soir. Je vous propose de l'écouter.

[Transcription manquante]

ND : Son nom, Sébastian Kurz. Candidat de l'OVP, Le Parti populaire autrichien vainqueur des législatives en Autriche.

ZK : Aux États-Unis les projecteurs continuent d'être tournés vers le producteur Harvey Weinstein.

ND : Cette affaire a traversé l'Atlantique. La police britannique a étendu son enquête à 3 agressions sexuelles présumées. Cette nuit la prestigieuse académie des Oscars a voté l'exclusion du producteur américain. Les temps de l'ignorance délibérée et de la complicité honteuse sont terminés, a-t-elle déclaré. Harvey Weinstein est accusé de harcèlement sexuel et agression sur une trentaine de comédiennes.

ZK : La reconquête de la ville de Raqqa en Syrie touche à sa fin.

ND : C'est ce qu'indique l'alliance de combattants Arabo-Kurde, soutenu par les États-Unis. La totalité des civils a été évacuée de l'ancienne Capitale autoproclamée de l'organisation État islamique. Seuls une centaine de terroristes étrangers et leur proche occupent encore les lieux.

ZK : Jamais dans son histoire la Somalie n’avait connu une telle attaque.

ND : Plus de 137 personnes ont péri, hier, dans la capitale Mogadiscio, lorsqu'un double attentat au camion piégé s'est produit dans un quartier très fréquenté. En dehors de ce bilan provisoire des victimes. Plus de trois cents personnes ont été blessées. Certaines sont dans un état grave. Ce qui indique que le nombre mort pourrait s'élever dans les prochaines heures. Le président somalien, Mohamed Abdulahi Mohamed s'est rendu ce dimanche au chevet des blessés. Dans un discours télévisé, le dirigeant somalien a clairement mis en cause les islamistes Shebab liés à Al-Qaida. Toutefois aucune revendication n'a été faite pour le moment. Trois jours de deuil national ont été décrétés dans le pays.

ND : Vous écoutez RFI, c'est le moment de retrouver Yvan Amar pour l'expression de la semaine.

Vincent Aboubackar n’a pas les pieds carrés. C’est ainsi que sur RFI, on affirme le talent et l’adresse de ce footballeur qui renouvelle son engagement dans l’équipe de Porto. Avoir les pieds carrés, une expression amusante, pittoresque, qui signifie qu’on joue mal au football. Comme si les pieds carrés n’étaient pas très habiles, balourds, manquant de finesse. Et souvent cette image des pieds sert à montrer que quelqu’un est adroit, élégant, ou au contraire que c’est un lourdaud. Et on se sert de ces expressions souvent à la négative : par exemple, on peut dire de quelqu’un qu’il n’a pas les pieds plats, c’est-à-dire qu’il est bon danseur, léger, gracieux. Mais s’il a les pieds plats, c’est le contraire. On dit aussi de quelqu’un qu’il n’a pas les deux pieds dans le même sabot, pour dire : il est malin, il est intelligent, il est vif. L’image de celui ou à celle qui a les deux pieds dans le même sabot évoque quelqu’un d’empoté, de malhabile. Et là encore on se sert presque toujours de la phrase à la négative. Enfin quand on dit qu’on perd pied, la représentation est différente : on dit qu’on a pied quand on est dans l’eau, mais que l’eau n’est pas trop profonde, on peut se tenir debout et avoir la tête au sec, et respirer. Perdre pied, c’est donc couler : on menace de se noyer, ou au moins de boire la tasse comme on dit ! Et on dit au figuré qu’on perd pied quand on ne suit plus, quand on ne comprend plus rien, quand on n’est plus dans le coup.

ND : C'est la fin de ce Journal en français facile.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias