#Французский язык в новостях

Journal en français facile 09/06/2017 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Aurélien Devernoix : Merci d'écouter RFI, il est 22h à Paris, 20h en temps universel. C'est l'heure du journal en Français Facile. À mes côtés Céline Pellarin, bonsoir Céline.

Céline Pellarin : Bonsoir Aurélien.

AD : Theresa May va former un nouveau gouvernement, malgré le recul du parti conservateur lors des élections législatives anticipées. Un scrutin marqué par un regain, une augmentation, de la participation des jeunes Britanniques.

CP : La France choisira de son côté ses nouveaux députés dimanche. Le parti du président Emmanuel Macron devrait remporter une large victoire. alors que la gauche reste divisée.

AD : Nous parlerons également de la libération du photographe français Mathias Depardon, détenu depuis un mois en Turquie. Mais aussi des déclarations de Donald Trump ce soir : le président américain s'est exprimé sur de nombreux sujets.

CP : Et puis du football au menu de ce journal : la France joue contre la Suède en match de qualification pour la Coupe du Monde 2018. Nous appellerons notre envoyé spécial Éric Chaurin.

-----

CP : Elle ne démissionnera pas. Theresa May reste stoïque, c'est à dire qu'elle reste sur ses positions, malgré les résultats décevants du parti conservateur aux élections législatives anticipées qui se tenaient hier en Grande Bretagne.

AD : 12 sièges de moins : ce n'est pas une catastrophe électorale, mais le camouflet, l'humiliation, n'en est pas moins sévère tant les Conservateurs semblaient promis à une très large progression il y a encore quelques semaines. Ce qui a changé, c'est notamment le vote des jeunes Britanniques, qui se sont davantage mobilisés. Notre envoyé spéciale à Londres Béatrice leveillé a pu le constater en allant à la rencontre des étudiants dans le quartier de Bloomsbury.

Bloomsbury, le quartier des universités à Londres médecine, politique, art dramatique, on peut tout etudier dans ce quartier. Anna qui fait une  thèse en Anthropologie, que pense-t-elle du résultat ? « D’abord j’étais très contente quand j’ai appris le résultat mais maintenant je m’inquiète car les conservateurs vont revenir à la charge avec leur politique sociale particulièrement en ce qui concerne les droits des gay ! On va voir ! C’est plus positif que cela aurait pu être mais c’est quand même négatif. » Comme Anna les trois quart des étudiants ont voté travailliste mais Laura étudiante en politique africaine a donné sa voix à Theresa May. « Je suis contente qu’on n’est pas de majorité au parlement comme ça on a le meilleur des deux mondes j’ai voté conservateur mais je pense que les travaillistes vont avoir aussi de l’influence d’habitude je vote travailliste mais cette fois j’ai voté conservateur parce que je n’aime pas Jeremy Corbin. »  Le chef des travaillistes a pourtant la cote auprès des jeunes  Jacob étudiant al royal académie d’art dramatique a voté pour lui et il n’a aucun regret. « Ça c’est pas passé au mieux,  les prochains mois vont être un peu confus je ne suis pas heureux avec le brexit mais les gens ont voté comme ça il faut faire avec. » La plupart des britanniques ne sont pas satisfait des résultats de ces élections législatives mais  pragmatiques, ils attendent maintenant  des solutions de la part de leur gouvernement.  Béatrice Leveillé, Londres RFI. 

AD : Et elle l'a annoncé en fin d'après-midi, Theresa May a décidé de garder les ministres clés de son précédent gouvernement : Boris Johnson aux Affaires Etrangères, Philip Hammond aux Finances ou encore le ministre chargé de Brexit, David Davis.

CP : Élections législatives en Grande Bretagne, élections législatives également en France où l'Assemblée Nationale est renouvelée à partir de ce dimanche.

AD : La principale interrogation c'est de savoir quelle sera l'ampleur, l'étendue, de la victoire du parti présidentiel. Tous les sondages donnent en effet la République En Marche très large vainqueur du scrutin. Emmanuel Macron pourrait compter sur près de 400 députés sur les 577 sièges en jeu.

CP : Une probable victoire liée notamment aux divisions de la gauche française, Aurélien.

AD : Rien ne va plus entre socialistes, communistes, écologistes et la France Insoumise. Dans une interview au magazine Society, son chef, Jean Luc Mélenchon critique tous ses anciens alliés et règle ses comptes, tout en dessinant l'avenir de son parti. Anthony Lattier.

Dans cette interview fleuve, la foudre s'abat d'abord sur son meilleur ennemi : François Hollande... L'ex-président accusé par son ancien camarade socialiste d'être « un pauvre type, la plus éminente médiocrité du Parti socialiste ». Le PS justement... Son aile gauche en prend pour son grade... Les Montebourg, Hamon et autre : Jean-Luc Mélenchon leur reproche de n'avoir jamais franchi le pas en le rejoignant... Déçu, il proclame : « C'est trop tard ». Il reproche au Parti communiste de «bloquer» la recomposition de la gauche... Quant à ceux qui l'accuse d'être retombé dans l'outrance après sa défaite à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon répond que oui la conflictualité est sa stratégie politique ! Et il brocarde pêle-mêle les « importants qui vous tuent le sourire aux lèvres », la classe moyenne supérieure (« championne de l'évitement ») ou encore les médias du service public (qui « bourrent le crâne avec bonne conscience »)... Ne pas changer ! C'est la conduite que semble s'être fixé un Jean-Luc Mélenchon qui entend bien rester dans le jeu politique. Il veut pérenniser son mouvement et décrocher un groupe parlementaire pour « être dans l'action tout le temps »... « Tout le temps », insiste-t-il.

AD : Des adversaires divisés et des électeurs sous le charme, tout va bien donc pour Emmanuel Macron, même si un problème est apparu aujourd'hui : une enquête a été ouverte sur le parti du ministre de la Justice François Bayrou. Des assistants parlementaires du Modem à l'Union européenne auraient en même temps été salariés au siège du parti à Paris.

CP : Emmanuel Macron qui a salué ce soir la libération du photoreporter Mathias Depardon.

AD : Il avait été arrêté en Turquie au lendemain de la victoire du président français. Mathias Depardon était accusé d'avoir travaillé sans autorisation dans le sud-est du pays, une zone où l'armée turque affronte les indépendantistes kurdes. À Istanbul, Alexandre Billette.

Les autorités turques n'ont pas justifié cette libération après un mois et un jour de détention... Après deux interventions d'Emmanuel Macron auprès du président turc Recep Tayyip Erdoğan, après une grève de la faim menée par le photoreporter durant près d'une semaine... Hier pour la première fois la mère du journaliste a pu lui rendre visite à Gaziantep... Et ce midi c'est le président français qui a appelé la mère de Mathias Depardon, pour lui annoncer que son fils était en route vers Istanbul, pour être ensuite placé sur un vol à destination de Paris. Arrêté pour avoir travaillé sans carte de presse qu'il avait pourtant voulu renouveler, Mathias Depardon aurait également été soupçonné d'espionnage pour avoir photographié des combattants du PKK... Des soupçons « absurdes » pour ses proches et les défenseurs de la liberté de la presse qui s'étaient mobilisés... Mathias Depardon, finalement libre ce soir... Le journaliste devrait cependant, être interdit de séjour en Turquie pour les prochaines années..

CP : Les tensions entre la Turquie et les Kurdes au coeur de cette affaire. Tensions qui se sont encore accentuées depuis hier.

AD : Les diriegants de la région autonome du Kurdistan irakien ont en effet annoncé la tenue d'un referendum d'indépendance le 25 septembre. Inadmissible pour Bagdad, mais aussi donc pour Ankara.

CP : La situation au Moyen Orient, Donald Trump en a parlé ce soir lors d'une conférence de presse.

AD : Le président américain a appelé le Qatar à cesser immédiatement de financer le terrorisme. Donald Trump soutient donc l'Arabie Saoudite et ses alliés qui ont publié une liste de 59 personnes et 12 organisations liées au terrorisme et financées par le petit émirat. Ce que le Qatar dément.

CP : Donald Trump est également revenu sur l'audition devant le Sénat de l'ancien directeur du FBI qui a été très dur avec lui.

AD : Le président américain a démenti avoir demandé à James Comey d'abandonner l'enquête concernant son ancien conseiller à la sécurité, lié à la Russie. Donald Trump affirme être prêt à 100% à témoigner sous serment sur le sujet.

CP : Nous allons maintenant en Suède Aurélien, pour parler de football.

AD : L'équipe de France affronte en ce moment les Suédois dans le cadre des qualifications à la Coupe du Monde 2018. Eric Chaurin vous êtes notre envoyé spécial sur place : la deuxième mi-temps vient de commencer. Quel est le score ?

[ Transcription manquante ]

AD : Merci Éric Chaurin, on vous retrouve pour un nouveau point sur cette rencontre dans 20 minutes. Il est 22h14 à Paris, 20h14 en temps universel.

 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias