#Французский язык в новостях

Euro

mots-actu_e.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Il a 20 ans l’euro. Et on a fêté son anniversaire. Depuis janvier 2002 en effet, c'est la monnaie européenne même si elle n’a pas été partagée par tous : les Britanniques par exemple avaient gardé la livre sterling pendant toute la période où ils faisaient partie de l’Union, avant le Brexit. Mais l’euro fait maintenant partie du paysage et son nom a sans problème été adopté par tous ceux qui s’en servent.

On avait pourtant bien discuté pour savoir quel nom on pouvait donner à cette monnaie unique. Et on avait d’abord parlé de l’écu. Acronyme, c'est-à-dire sigle, suite d’initiales prononcée comme un nom : European currency unit - unité monétaire européenne. L’écu a existé, mais est resté une monnaie abstraite, et non matérialisée par exemple par des pièces ou des billets. En faire la monnaie européenne pouvait être tentant, mais on a pu penser que le terme poserait quelques problèmes avec le français : l’écu, on le sait avait déjà été une monnaie française, ce qui d’un point de vue historique donnait un genre de prééminence à la France : il fallait que la monnaie soit équitablement partagée par tous. Mais il y avait un autre problème avec la France, ou plutôt avec le français : le jeu de mot avec cul était un peu facile. On s’est donc félicité qu’un autre mot ait été trouvé et l’euro a maintenant l’âge d’un jeune adulte.

L’un des mots les plus européens qui soient donc. Ce qui lui vaut quand même un parcours différencié quant à ses accords. On sait bien que le pluriel en français se marque le plus souvent par un « s » à la fin du mot. Ce qui n’est pas du tout un usage partagé par les autres langues : chacun sa méthode. Donc les langues européennes se sont retrouvées devant des possibilités différentes de marquer cette variation. Mais comme les supports monétaires, pièces ou billets peuvent circuler d’un état à l’autre, il fallait trouver un moyen de ne froisser personne. Donc, sur les pièces et les billets, l’inscription euro reste invariable. En revanche on écrit en français vingt euros ou mille euros. La règle française prime quand l’euro est multiplié. Et même quand il divisait : on parle de centime, avec ce mot bien français, qui n’est pas en usage dans tous les pays européens.

Alors ce mot d’euro est-il considéré comme absolument français ? On peut le dire, et pourtant, certaines pratiques indiquent qu’on le voit encore parfois comme un mot international. Par exemple, on a souvent du mal à faire la liaison alors qu’il commence par une voyelle. Mais on entend couramment prononcer cent euros et non « cent-t-euros » Et les puristes et les spécialistes du français ont beau rappeler que la liaison est attendue, et bien, elle se fait attendre. En tout cas quand elle est induite par un « t ». Avec un « s » ça semble plus facile : des euros, trois euros, six euros, dix euros. Mais le « t » pose problème : on entend couramment vingt euros, cent euros… Même si l’on sait bien qu’on dit vingt ans, cent ans.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias