#Французский язык в новостях

Boxe

mots-actu_b.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Boxe mortelle ? Hélas oui dans certains cas. C’est ce que nous apprend RFI, qui d’ailleurs souligne l’existence d’un documentaire diffusé par la chaîne France 2, sur ces combats qui opposent des enfants en Thaïlande. Des enfants qui, s’ils gagnent peuvent nourrir leur famille, et parfois même financer leurs études. Mais le risque est lourd et certains jeunes boxeurs risquent parfois d’y laisser leur vie. De quelle boxe parle-t-on ? De ce qu’on appelle souvent la boxe thaï, discipline violente, dont les règles sont différentes d’autres sports.

Car en français, en général, lorsqu’on parle de boxe, sans préciser, on parle de la boxe anglaise. C’est violent aussi, mais régi par des règles strictes qui interdisent les coups avec autre chose que les poings. Et même si les enfants peuvent pratiquer ce sport (et c’est relativement rare), il n’existe pas de compétition ni de pari : personne ne peut gagner d’argent !

On entend bien que le mot est d’origine anglaise, même si l’on n’est pas trop sûr de son origine. Et en Angleterre d’abord, puis ailleurs il a désigné un combat populaire, assez violent. Mais la mode des exercices physiques savamment réglés, avec un arbitre, un gagnant et un perdant, entre gens de bonne compagnie – ce qu’on va appeler au 19e siècle le sport, et dont le succès vient d’abord d’Angleterre avant de conquérir le continent européen va permettre d’élaborer des règles et de conférer un genre de noblesse à cette pratique. On l’appelle d’ailleurs, et même en français, le noble art. Et c’est un sport de gentlemen, qui s’accommode de toute une mentalité : ce qu’on appelle le fairplay : il faut gagner, mais « à la loyale ». On a le droit de se frapper le torse ou la face. Pas en dessous. C’est ainsi qu’apparaît par exemple l’image des coups en dessous de la ceinture, qui reprend le sens de ce qu’on appelle des « coups bas ». En ce qui concerne la boxe, l’expression est bien précise. Et elle prend un sens figuré pour désigner des manœuvres mesquines ou méprisables, des attaques indignes. À l’inverse, les coups permis ont des noms qui sont passés en français en gardant souvent leur origine anglo-saxonne. Pas tous : on parle d’un direct ou d’un crochet. Mais on parle aussi d’un swing, un coup circulaire, et un uppercut. Le mot est prononcé à la française, mais en le décomposant, on perçoit tout de suite son origine.

Et si l’on parle souvent en France de boxe anglaise, c’est bien qu’il existe également une boxe française, née dans la première moitié du 19e siècle, et connue parfois sous le terme de savate. Une savate est au départ une vieille chaussure ou un chausson qui tient à peine au pied. Ça évoque plutôt le laisser-aller ou la pauvreté. Mais étrangement, ce nom de savate a été utilisé pour nommer une discipline parfois populaire, mais strictement codifiée, dont les gestes principaux et la logique dérivent de l’escrime.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias