Audio

Les violences policières en France

Des milliers de manifestants se sont rassemblés place de la République à Paris, le 18 février 2017, pour dénoncer les violences policières, deux semaines après l'agression du jeune Théo par des policiers à Aulnay-sous-Bois.
Des milliers de manifestants se sont rassemblés place de la République à Paris, le 18 février 2017, pour dénoncer les violences policières, deux semaines après l'agression du jeune Théo par des policiers à Aulnay-sous-Bois.
Charles Platiau/REUTERS
Samedi 7 mars 2020 à Paris, les forces de l’ordre ont brutalement dispersé une manifestation féministe et cette intervention, pour le moins musclée, relance la polémique sur les violences policières en France.

19'30" - Première diffusion le 10/03/2020

Les exemples se multiplient, depuis quelques mois. Il y a eu des violences pendant les manifestations de « Gilets jaunes », la mort d’un jeune homme à Nantes, puis celle d’un livreur à cause d’une interpellation brutale à Paris, entre autres. Ces violences sont régulièrement dénoncées par des ONG et les Nations Unies ont même demandé en 2019 à la France d’enquêter sur les accusations d’usage disproportionné de la force. D’ailleurs, le ton change du côté des autorités : après avoir nié toute violence policière pendant plusieurs mois, le président Macron appelle maintenant les forces de l’ordre à « l’exemplarité. » Et il attend de son ministre de l’Intérieur des propositions pour améliorer la déontologie. Y a-t-il effectivement plus de violences policières qu’avant en France ? Ou bien sont-elles seulement plus visibles et moins tolérées ? Comment les policiers peuvent-ils réagir lors de mouvements qui sont eux aussi parfois violents ?

Invités :
- Pascale Pascariello, journaliste au service Enquêtes de Mediapart,
- Jérémie Gauthier, maître de conférences en sociologie à l’Université de Strasbourg et au centre Marc Bloch à Berlin. Co-auteur avec Fabien Jobard de Police : questions sensiblesPUF, 2018.

Publié le 08/06/2020 - Modifié le 03/07/2020 - Par Anne Cantener

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias