Denis Chastel, chef du service des reportages qui travaillait depuis trente ans avec Claude Verlon, lui a rendu un touchant hommage.
Denis Chastel, chef du service des reportages qui travaillait depuis trente ans avec Claude Verlon, lui a rendu un touchant hommage.
Pierre René-Worms / RFI
Article

Hommage à Ghislaine Dupont et Claude Verlon au Musée du Quai Branly à Paris

Une cérémonie en l’honneur de Ghislaine Dupont et Claude Verlon s'est déroulée le mercredi 6 novembre 2013 au Musée du Quai Branly à Paris. Lors de cet hommage public, animé par Juan Gomez, officiels, confrères et amis ont pris la parole en souvenir de nos deux envoyés spéciaux assassinés au Mali.
Par RFI -

L'hommage

Prononcer un dernier au revoir, se souvenir de leur parcours et rendre hommage à leur travail, tel était le sens de la cérémonie qui s'est tenue le mercredi 6 novembre 2013 au Musée du Quai Branly à Paris en l’honneur de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon, les deux envoyés spéciaux de RFI assassinés à Kidal au nord du Mali, le 2 novembre.

signe plus

L'hommage à Ghislaine Dupont et Claude Verlon au Musée du Quai Branly à Paris (1:54:00)

 

Marie-Christine Saragosse, présidente du groupe France Médias Monde, à cette occasion, a lu une lettre du président de la République, François Hollande (01:01) :

« Madame la Présidente. L’arrivée hier matin à Paris des corps de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon a permis de percevoir l’émotion considérable qui saisit la communauté de RFI. J’ai tenu à être aux côtés des familles et de toute la rédaction de RFI pour partager leur peine et défendre la liberté d’information. A l’heure où RFI se réunit pour célébrer la mémoire de ses deux journalistes sauvagement assassinés, je veux redire à tous ses collaborateurs combien je prends part à leur peine. Ces événements tragiques illustrent à quel point le métier que vous exercez est à la fois indispensable et dangereux. Chacun mesure ce matin la grandeur et la responsabilité du service public. Fidèlement, à la mémoire de Ghislaine et de Claude. François Hollande. »

 

Un lieu symbolique

Le choix du Musée du Quai Branly - également connu sous le nom de musée des arts et civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques - n’était évidemment pas fortuit puisqu’il s’agissait d’honorer la mémoire de deux professionnels qui avaient parcouru le monde tout au long de carrières exemplaires, et en particulier l’Afrique qu’ils aimaient tant.

Au cours de cet événement auquel le public était convié et où étaient présents des correspondants de la radio venus spécialement à Paris pour l’occasion, de nombreux intervenants ont pris la parole, des journalistes et amis de Ghislaine et Claude à RFI ainsi que des proches mais aussi des personnalités politiques françaises comme le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius (00:59) et la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti.

Je veux vous dire que RFI, l’ensemble des équipes de presse, ont notre soutien entier.

 

Plusieurs personnalités du Mali avaient aussi fait le déplacement : Tiébilé Dramé, ancien ministre des Affaires étrangères, « le frère de cœur de Ghislaine », était là ainsi que Jean-Marie Idrissa Sangaré, l'actuel ministre de la Communication (01:02).

Beaucoup de Maliens et beaucoup d’Africains ne connaissaient pas de visu Ghislaine et Claude mais je pense que leurs voix étaient très proches de nous.

 

Animée par Juan Gomez, de la célèbre émission matinale « Appels sur l’actualité », la cérémonie était enrichie d’extraits de reportages réalisés par Ghislaine et Claude et par des vidéos de souvenirs et de témoignages :
- Reportage sur Ghislaine Dupont 
- Reportage sur Claude Verlon

 

Vu de Bamako

La cérémonie d'hommage était retransmise en direct sur les ondes de RFI en début d'après-midi. À Bamako, notre correspondant a suivi la cérémonie en compagnie d’auditeurs, assis dans la rue autour d’un poste de radio.

J’ai écouté la cérémonie puisque c’est comme si j’avais perdu quelqu’un de ma famille. Ghislaine et Claude sont nos amis. En écoutant la radio, j’apprends beaucoup de choses. » Et d'ajouter : « Quand Sarah Tisseyre a parlé de leur amour pour l’Afrique, pour connaître la vérité de l’Afrique, j'ai été très touché.

signe plus

Un auditeur de Bamako (00:53)

Publié le 28/09/2017 - Modifié le 29/09/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias