Des migrants face aux forces anti-émeutes à la frontière turco-grecque, près de Kastanies, le 1er mars 2020.
Des migrants face aux forces anti-émeutes à la frontière turco-grecque, près de Kastanies, le 1er mars 2020.
Osman Sadi Temizel / REUTERS
Article

Face à l'afflux de migrants à ses portes, la Grèce en alerte «maximum»

La Grèce s'est placée, le dimanche 1er mars 2020, en état d'alerte « maximum » pour protéger ses frontières où se pressent des milliers de migrants venant de Turquie.
Par RFI -

Le niveau de protection des frontières grecques est désormais à son maximum. Athènes a décidé de renforcer les patrouilles aux frontières maritimes et terrestres du pays. « N'essayez pas d'entrer illégalement en Grèce, vous serez refoulé », a averti le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis sur Twitter à l'issue d'une réunion de crise consacrée à l'arrivée massive de migrants venant de Turquie. Le chef du gouvernement grec a également annoncé qu'aucune nouvelle demande d'asile ne sera acceptée durant un mois.

Dans le cadre de l'opération Poséidon, quelques 400 gardes-côtes de l'agence Frontex sont actuellement déployés à la frontière gréco-turque pour contrôler les flux migratoires. Des moyens qui vont être revus à la hausse, a annoncé l'agence Frontex. Du personnel et du matériel vont être envoyés en renfort en Grèce. L'agence européenne surveille également attentivement la frontière chypriote.

Sur les îles de la mer Égée, environ 700 arrivées par bateau ont été dénombrées ce dimanche, dont plus de 400 à Lesbos. Sur cette île qui abrite le camp de Moria, où vivent plus de 20 000 personnes dans des conditions indignes, la tension était particulièrement palpable.

Heurts à Lesbos

Après l'arrivée de dizaines de migrants sur la plage de Skala Sykamineas, 150 habitants de l'île se sont rassemblés autour d'un centre d'accueil de migrants situé non loin de là, avant d'y mettre le feu. Même si ce centre, autrefois géré par le Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR), avait été fermé fin janvier, ils redoutaient qu'il n'ouvre à nouveau ses portes.

Des résidents de Lesbos tentaient d'empêcher des migrants de débarquer sur l'île. La Grèce a déclaré dimanche qu'elle avait bloqué près de 10 000 migrants à sa frontière avec la Turquie a ouvert les portes de l'Europe aux migrants.

Des résidents de Lesbos tentaient d'empêcher des migrants de débarquer sur l'île. La Grèce a déclaré dimanche qu'elle avait bloqué près de 10 000 migrants à sa frontière avec la Turquie a ouvert les portes de l'Europe aux migrants. | Aris MESSINIS / AFP

Plus tôt, aux cris de « rentrez en Turquie », des habitants de l'île ont empêché une cinquantaine de migrants, dont plusieurs enfants, d'accoster avec leur canot après plusieurs heures en mer. Dans le port de Thermi, certains ont lancé des insultes au représentant local du HCR, d'autres s'en sont pris aux journalistes et photographes, les frappant et jetant des appareils photo à la mer, rapporte l'Agence France-Presse.

Sur la route du camp de Moria, un autre groupe d'habitants munis de chaînes et de pierres a tenté d'empêcher les bus de la police transportant des demandeurs d'asile, arrivés dimanche, d'accéder au centre de réception et d'enregistrement, indique l'agence de presse grecque ANA.

En quête d'appui occidental dans son offensive militaire en Syrie contre le régime de Damas, le président turc Recep Tayyip Erdogan a ouvert les portes de l'Europe aux migrants. Ce dimanche, ils étaient des milliers à affluer en direction de la frontière avec la Grèce. Samedi soir, les Nations unies avaient recensé 13 000 migrants massés le long des 212 km de frontière entre les deux pays, qui borde le fleuve Évros. D'après une source gouvernementale grecque citée par l'AFP, les autorités ont bloqué en 24 heures l'entrée de 15 500 migrants le long du fleuve Évros.

Publié le 16/07/2020 - Modifié le 16/07/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias