Migrants à Khoms, en Libye, le 30 mai 2020 (image d'illustration).
Migrants à Khoms, en Libye, le 30 mai 2020 (image d'illustration).
Ayman Sahely / REUTERS
Article

Afrique: le traumatisme des migrants qui ont traversé le Sahara

Les candidats à la migration vers l’Europe, depuis le Sud du Sahara, font l’épreuve de deux traversées : celle du Sahara, puis celle de la Méditerranée. Beaucoup vivent un enfer en Libye, tandis que d’autres se retrouvent coincés au Maroc. Tous doivent composer avec les séquelles d’un voyage éprouvant.
Par Sabine Cessou -

« Le cas le plus triste que nous ayons rencontré concerne une femme de Yaoundé, trentenaire. Elle a été retenue en otage et faite esclave en Libye, où elle a donné naissance à un enfant. Ses ravisseurs ont appelé sa famille pour lui dire d’envoyer de l’argent, et ils ont tué devant elle, par balle, alors qu’elle était filmée, son bébé d’un an ». Cette histoire terrible, c’est Richard Danziger qui la raconte, ancien directeur régional du bureau de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Afrique de l’Ouest et centrale, aujourd’hui posté en Somalie.

La violence extrême subie par cette Camerounaise anonyme, sortie de Libye grâce à une initiative conjointe entre l’Union européenne et l’OIM pour la protection et la réintégration des migrants, fait qu’elle s’est mise à boire et qu’elle écoute sans cesse de la musique, parce qu’elle ne supporte pas le bruit. « Elle vit chez une tante à Yaoundé, où elle est suivie, précise Richard Danziger. Des milliers de migrants traumatisés rentrent chez eux avec des stress différents – honte de revenir bredouille, sentiment d’échec, déprime. Beaucoup en ont vu d'autres mourir ».

Entre 2017 et 2019, l’OIM a fourni un soutien « psychosocial » à plus de 6 000 rapatriés dans 26 pays d’Afrique de l’Ouest et centrale. Au Sénégal, ce soutien et des soins de santé mentale sont apportés dans les régions où les retours sont les plus nombreux, comme à Tambacounda, Kolda, Seidhou et Ziguinchor.

Le désespoir et la honte des rapatriés

Le sentiment d’échec et de honte, en plus de l’ostracisme dont ils font l’objet dans leurs communautés, pousse au suicide certains de ceux qui sont rapatriés et suivis par l’OIM. « À leur retour, certains migrants peuvent être confrontés à des réactions psychologiques négatives comme la honte et la culpabilité, la sensation d’avoir échoué, le désespoir, le manque d’estime de soi, la frustration ou la colère, explique Gaia Quaranta, psychologue pour le Bureau régional de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale basé à Dakar. Il est important de leur faire comprendre que ces réactions sont normales, dans des situations difficiles comme la crise libyenne ».

L’une des priorités de l’OIM porte sur l’augmentation des budgets consacrés au soutien psychologique de long terme dans les services de santé. Cette bataille est loin d’être gagnée, compte tenu de la faiblesse des dépenses de santé consacrées à la santé mentale en général, et des tabous culturels qui peuvent prévaloir en particulier, ces soins étant considérés comme réservés aux « fous », un statut que refusent des personnes ayant pourtant besoin d’un appui.

Viols d’hommes et trafic d’organes en Libye

Le Sénégal compte environ 30 psychiatres pour près de 16 millions d’habitants, tandis que l’offre de soins classiques de psychiatrie se limite à deux services dans des hôpitaux à Yaoundé et Douala, au Cameroun. Or, les traumatismes des migrants ayant tenté la route à travers le Sahara sont nombreux. Ils vont de la soif à l’insolation, en passant par le racket de passeurs peu scrupuleux, et les viols subis par des femmes migrantes.

Les horreurs subies lors de l’étape en Libye sont souvent passées sous silence, comme les viols, subis par des femmes comme des hommes. Lors de la sortie en 2018 de son documentaire, Libye, anatomie d’un crime, Cécile Allegra a révélé que les viols sont commis de manière quasi-systématique dans les centres de détention des migrants, aussi bien officiels que clandestins.

Quant au trafic d’organes, un commerce juteux qui a commencé en Italie et en Égypte en touchant des migrants à leur insu, il a lui aussi gangrené la Libye. Certains se retrouvent avec des points de suture et un rein en moins, après avoir été endormis.

La route à travers le désert, un « rite iniatique »

Au Maroc, où de nombreux migrants d’Afrique de l’Ouest ou centrale se retrouvent parfois bloqués après un long périple à travers le désert, les traumatismes ne sont pas moins nombreux. « Comme il devient plus difficile de circuler, les contournements des contrôles rendent les différentes migrations beaucoup plus dangereuses et mortelles », explique Mehdi Alioua, sociologue marocain et professeur à l’université internationale de Rabat.

En Afrique saharo-sahélienne, relève ce spécialiste de la migration, ce sont les routes qui sont surveillées, bien plus que les frontières, en raison de l’immensité du désert. « Le contrôle est partout, tout au long de la route, sur les ponts et surtout à l’entrée et à la sortie des villes, au Mali et au Niger ».

Quid du désert ? « Les convois, pour contourner les contrôles de plus en plus sévères, font de longs et très dangereux détours, ainsi que des haltes au milieu de nulle part. Pour les personnes venues d’Afrique subsaharienne qui traversent ces immensités désertiques, sans âme qui vive, sans comprendre la langue des transporteurs toubous ou touaregs, sans informations, c’est extrêmement angoissant. D’autant plus qu’il y a des convoyeurs véreux, des policiers bandits, des viols et des voleurs ».

Pour les quelque 340 personnes interrogées par Mehdi Alioua, après avoir traversé le Sahara sans trop de problèmes, « l’épreuve est décrite comme très dure et elles en tirent une sorte de fierté. C’est même devenu une sorte de rite iniatique. Tous m’ont expliqué qu’ils n’étaient plus les mêmes depuis, qu’ils avaient connu une sorte de renaissance. Bien sûr, le calvaire ne s’arrête pas là, les violences peuvent continuer après, mais avoir passé le Sahara, c’est souvent avoir appris à survivre ensemble ». Pour ceux qui ont été confrontés à la violence, en revanche, la solidarité ne peut suffire à surmonter tous les traumatismes.

► (Ré)écouter : La souffrance psychologique des migrants

Publié le 08/09/2020 - Modifié le 09/09/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias