Une espèce végétale sur cinq dans le monde est menacée de disparition
Le «panicaut atlantique» (Eryngium atlanticum), plante spécifique à la côte-ouest du Maroc, est classée «quasi menacée» par l'UICN.
Laila Rhazi
Article

Une espèce végétale sur cinq dans le monde est menacée de disparition

À un mois du sommet sur la biodiversité de Nagoya au Japon (18-20 octobre 2010), les Jardins botaniques royaux de Kew Gardens, le Muséum d'histoire naturelle britannique et l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ont publié la première évaluation des espèces végétales menacées. Ce rapport pointe la responsabilité des activités humaines quant à l'extinction en cours de la biodiversité végétale -qui serait à hauteur de 80% !
Par RFI -

Les scientifiques estiment que nous sommes rentrés dans la sixième grande crise d'extinction des espèces, la 5e étant celle qui a marqué la disparition des dinosaures il y a 65 millions d'années.

Florian Kirchner chargé du programme « Espèces » à l'UICN France (00:56)
 

Il faut bien que les plantes aient un ancêtre et cela ne me choquerait pas que ce soit du côté des algues car ces dernières pratiquent la photosynthèse, mais rien n'est moins certain.

Francis Halle, botaniste (02:23)

L'étude, qui a duré cinq ans, a examiné un échantillon représentatif des quelque 380 000 plantes recensées dans le monde. Sur les 4.000 végétaux étudiés, représentant toutes les grands familles de plantes (des légumes aux conifères en passant par les orchidées), 22% sont classés comme « menacés ». Sur ce total, 4% sont « en danger critique », 7% « en danger » et 11% « vulnérables ». Restent « 33% des espèces qui ne sont pas suffisamment connues pour que leur état de conservation puisse être établi » estiment les chercheurs.

Les plantes nous sont exactement complémentaires. La Terre est devenue habitable dès lors que la végétation est apparue.

Francis Halle (00:56)

Or, « nous ne pouvons pas rester là les bras croisés à regarder les plantes disparaître. Elles sont la base de toute la vie, elles fournissent l'air sain, l'eau, la nourriture et l'énergie », a commenté le directeur des jardins botaniques Stephen Hopper. « Avoir un outil pour combattre la perte de biodiversité est essentiel et la liste rouge basée sur un échantillon que nous publions va donner aux chercheurs cet outil », a-t-il souligné.

« L'extinction est difficile à établir »

Dans une autre étude, publiée dans une revue de l'académie des sciences britannique, les Proceedings of the Royal Society B. Biological Sciences, deux chercheurs australiens (Université de Queensland) estiment que le nombre de mammifères disparus pourrait avoir été surestimé.

En effet, certains mammifères réapparaissant après plusieurs centaines d'années. Les scientifiques affirment avoir ainsi retrouvé la trace de 187 mammifères « portés disparus » depuis 1500 et, de ce fait, ce sont 67 espèces de mammifères que l'on croyait éteintes qui ont été retrouvées.

« L'extinction est difficile à établir », souligne l'étude de Diana Fisher et Simon Blomberg car « des espèces peuvent ne pas se montrer pendant de très longues périodes, ce qui peut faire croire à tort qu'elle ont disparu ».

Pour en savoir plus :

UICN Liste des espèces menacées en France

Publié le 10/12/2015 - Modifié le 10/12/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias