Trop de sucre dans le sang exposerait au développement d’un Alzheimer
Diamond Sky Images
Article

Trop de sucre dans le sang exposerait au développement d’un Alzheimer

Les personnes résistantes à l'insuline et souffrant de diabète de type 2, forme la plus répandue dans le monde, semblent présenter un risque accru de développer des plaques dans leur cerveau liées à la maladie d'Alzheimer. Cette étude japonaise a été publiée le 25 août 2010 aux États-Unis, dans « Neurology », le journal de l'American Academy of Neurology.
Par RFI -

L’étude a porté sur 135 personnes résidant à Hisayama au Japon, dont la moyenne d'âge était de 67 ans au début des travaux. Les participants ont subi plusieurs tests pour mesurer les teneurs de sucre dans leur sang. Ils ont aussi été suivis pour détecter des symptômes de la maladie d'Alzheimer au cours des dix à quinze années de l'étude.

Durant cette période, environ 16% des participants ont développé un Alzheimer, une maladie neurodégénérative du tissu cérébral responsable de la perte progressive et irréversible des fonctions mentales et notamment de la mémoire.

Des taux de sucre anormaux :plus de risques de développer des plaques séniles

Après le décès des participants, les chercheurs ont procédé à une autopsie de leur cerveau pour rechercher des manifestations physiologiques d'Alzheimer, à savoir notamment la présence de plaques amyloïdes, c'est-à-dire une accumulation de protéines pathogènes.

Alors que 16% des sujets de l'étude présentaient des symptômes de la maladie d'Alzheimer durant leur vivant, 65% avaient des plaques séniles. Les auteurs de l'étude ont constaté que les sujets chez lesquels trois tests sanguins avaient déterminé des taux de sucre anormaux avaient plus de risque de développer des plaques séniles dans leur cerveau.

Reste à déterminer le lien entre résistance à l'insuline et plaques amyloïdes

Une piste dans la lutte contre l'Alzheimer (01:05)

C'est ainsi que de telles plaques ont été trouvées chez 72% des participants dont les tests montraient une résistance à l'insuline et chez 62% sans résistance à cette hormone. Une telle résistance est qualifiée de stade précurseur du diabète et se produit quand l'insuline dans le corps ne peut plus efficacement abaisser la teneur en sucre dans le sang.

« D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer si la résistance à l'insuline est une cause du développement de ces plaques séniles », souligne le Dr Kensuke Sasaki, de l'Université Kyushu à Fukuoka, principal auteur de cette communication. Mais, ajoute-t-il, « il est possible qu'en contrôlant ou en empêchant le diabète, nous puissions aussi contribuer à prévenir Alzheimer », ajoute-t-il notant que « le diabète de type 2 et la maladie d'Alzheimer sont deux épidémies atteignant des niveaux alarmants dans le monde ».

En outre, « avec le taux croissant d'obésité et le fait que l'excès de poids est lié à la progression du diabète adulte, les résultats de cette étude sont très préoccupants », poursuit le Dr Sasaki.

Publié le 03/02/2016 - Modifié le 12/10/2018

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias