Audio
Des puits de pétrole au Texas, aux États-Unis.
Des puits de pétrole au Texas, aux États-Unis. (Image d'illustration)
Nick Oxford / REUTERS
Les prix du pétrole sont en chute libre. Les voitures, les trains, les avions, les usines sont à l’arrêt. Les besoins en fuel et en essence sont réduits à presque rien. En même temps, la production se maintient. Conséquence de la crise du Covid-19, cette situation paralyse l’industrie pétrolière.

48'30'' - Première diffusion le 01/05/2020

Les cours mondiaux sont parfois passés en territoire négatif, à moins quarante dollars. Plus personne ne semble vouloir de ce carburant central de l’économie mondiale. L’or noir ne mérite plus son nom. Ce n’est qu’une vulgaire mélasse dont plus personne ne veut.

Pourquoi le marché pétrolier réagit-il si vivement ? Quel est l’impact sur l’économie des pays consommateurs et producteurs, est-ce une anticipation de la situation économique générale ?

Voilà les questions abordées par Jean-Pierre Boris.

Invités :
- Gilles Chautard, ancien trader, expert du marché pétrolier
- Antoine Rostand, cofondateur et président de Kayrros, entreprise d’analyse des mégadonnées du marché de l’énergie
- Philippe Chalmin, professeur d’économie à l’Université Paris Dauphine, directeur de l’annuaire des matières premières, Cyclope.

L’une des industries pétrolières les plus affectées par la crise économique actuelle, est l’industrie américaine, celle du pétrole de shiste. Hier florissante, créant d’énormes richesses et de multiples emplois, elle n’a plus aujourd’hui que ses yeux pour pleurer. Reportage de Thomas Harms à Houston :

Autre victime de la situation du marché pétrolier, le trader singapourien Hin Leong qui a du reconnaître des pertes de quatre milliards de dollars auprès d’une vingtaine de banques, dont la Société Générale française. Son fondateur n’est plus l’une des grandes fortunes de l’île. Reportage depuis Kuala Lumpur signé Gabrielle Maréchaux :

 

Publié le 19/05/2020 - Modifié le 27/05/2020 - Par Jean-Pierre Boris

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias