La cave à vin du vignoble Martin Berdugo à Aranda de Duero dans le nord de l'Espagne, le 18 mai 2020, pendant le confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus COVID-19.
La cave à vin du vignoble Martin Berdugo à Aranda de Duero dans le nord de l'Espagne, le 18 mai 2020, pendant le confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus COVID-19.
Cesar Manso / AFP
Article

Coronavirus : les ventes mondiales de vins s’effondrent en raison de la pandémie

Le commerce mondial de vins a été touché de plein fouet par le Covid-19. L'Italie, l'Espagne et la France, qui exportent à eux trois plus de la moitié du vin produit sur la planète, ont vu leurs ventes s'effondrer en raison de la fermeture des cafés, des hôtels et des restaurants.
Par Agnieszka Kumor -

Dans le bordelais, ce millésime 2019 est parfois comparé à celui de 1929, un millésime du siècle ! Au-delà de cette comparaison un brin mercantile, la question se pose : ce vin superbe, par sa structure et son harmonie, aura-t-il un goût amer à cause de la pandémie ?

Une chute brutale des ventes

Selon les données de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la planète viticole a produit l’an passé 260 millions d’hectolitres de vin, soit une baisse de 12% par rapport à 2018. L’Italie, la France et l’Espagne représentent la moitié de la production mondiale de vin. Ce sont aussi ces trois pays qui exportent le plus. Mais en raison des mesures de confinement, mises en place un peu partout dans le monde afin d’endiguer la propagation du Covid-19, ils ont vu leurs ventes s’effondrer. La fermeture des cafés, bars, restaurants et hôtels, a entrainé une chute brutale de la consommation, liée par ailleurs à la suppression radicale de l'industrie touristique. « On estime qu'en Europe, la fermeture de ce canal de distribution pourrait entraîner une réduction de 35% du volume des ventes. Et cela pourrait atteindre plus de 50% de pertes pour ce qui est de la valeur des ventes », déclare Pau Roca, directeur général de l’OIV, dans une interview à RFI.

D’un autre côté, on observe une augmentation des ventes dans la grande distribution, à savoir dans les supermarchés ou les épiceries de quartier. Des ventes destinées à la consommation domestique. Le Covid-19 aurait-il fait évoluer les modes de consommation ? Pas si vite. « Cette consommation ne compense pas des pertes issues des circuits CHR [ndlr : cafés-hôtels-restaurants]. Le client y a moins de choix, certaines marques y sont représentées, mais pas d’autres. La grande distribution exerce par ailleurs une plus grande pression sur le prix, le producteur gagne moins de marges », indique le directeur général de l’OIV.

Avec cela, les ventes en ligne ont légèrement augmenté, elles aussi. Des bouteilles commandées directement chez un producteur ou sur des plateformes dédiées au commerce de vins, mais qui pour arriver chez un consommateur (ou tout au moins à sa porte) ont besoin d’une logistique bien rodée, et notamment des livreurs. De ce point de vue, « la demande par internet s’est avérée plus forte que les possibilités logistiques prêtes à la satisfaire », constate-t-il.

10 millions d’hectolitres d’invendus en Europe

Après l’augmentation des taxes douanières sur les vins français (mais aussi espagnols et allemands), des taxes imposées par Donald Trump en représailles à des subventions à Airbus, la pandémie est en train d’asphyxier les producteurs. On estime à trois millions d'hectolitres le stock de vins français invendus. Avec les vins espagnols et italiens, ce sont plus de 10 millions d’hectolitres en Europe qui pourraient être distillés avant la fin de l'été. Parmi ces invendus, il y a aussi des vins haut de gamme. Les coopératives viticoles françaises, italiennes et espagnoles ont demandé à Bruxelles de prévoir une mesure de stockage pour ces vins, dont la commercialisation pourra être différée sans peser sur les marchés.

Le changement climatique et la biodiversité au cœur de la réflexion

La viticulture s’en sortira, soupirent les vignerons. Comme elle l’a fait chaque fois qu’elle a été menacée par une crise. Mais l’expérience foudroyante de ce nouveau coronavirus pose de manière pressante des questions sur le changement climatique et le déséquilibre de la biodiversité. « Sur le plan économique, la Seconde Guerre mondiale a coûté aux viticulteurs l’abandon de trois années de travail. En ce qui concerne la crise du Covid-19, la Banque mondiale avance des chiffres comparables à la situation d’après-guerre. A tous les secteurs économiques, il faudra sans doute un nouveau plan Marshall pour qu’ils puissent redémarrer. Un soutien au secteur vitivinicole de la part des gouvernements sera tout aussi indispensable », conclut Pau Roca.

Publié le 25/05/2020 - Modifié le 27/05/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias