Devant l’entrée de l’hôpital Necker à Paris, le 16 mars 2020.
Devant l’entrée de l’hôpital Necker à Paris, le 16 mars 2020.
© Siegfried Forster / RFI
Article

Coronavirus: les hôpitaux saturés à Paris, un personnel soignant témoigne

Le 1er avril, on dénombre 5 565 personnes en réanimation en France, 458 de plus en 24h. Dans les hôpitaux parisiens, c’est toujours l’inquiétude. Les médicaments viennent à manquer. Témoignage d’un infirmier en réanimation dans le nord de Paris, au bord de l’épuisement.
Par RFI -

La voix est fatiguée. Entre deux siestes, ce jeune infirmier parisien accepte de raconter son quotidien. Il passe 60 heures par semaine à l'hôpital et s’occupe des cas graves de Covid-19. « On est épuisés physiquement, parce qu’on vous demande de courir partout. C’est dur, c’est dur. Je vois des collègues qui craquent aussi. Quand on intube un patient en urgence et qu’on se demande s’il va se réveiller, et qu’on en fait cinq d’affilée comme ça, en quelques heures… Nous, en tant que soignants, ça nous touche aussi énormément. »

Dans son unité, il y a en moyenne un à deux décès par jour. Manque de médicaments pour sédater les patients en réanimation, manque de matériel... 20 nouveaux lits ont été ouverts. « On transfère les services qui à la base, n’étaient pas de réanimation. Ca manque de place, et généralement ça manque de matériel, surtout dans ces nouvelles unités qui ne sont pas adaptées. On fait avec les moyens du bord, ce qu’on a, ce qu’on trouve. Je viens de voir des collègues qui faisaient tenir les tuyaux du respirateur avec un cintre. On fait comme on peut. »

Il s’attend à ce que cette situation dure encore longtemps. Ce qui l’aide à tenir le coup, c’est le soutien de son équipe. « Plus que des collègues, c’est des amis. Je suis toujours rassuré quand je vais là-bas. Je sais que si c’est la merde, je serai toujours accompagné, je serai toujours aidé. » Tenir.... Mais pour combien de temps encore ? Cela fait déjà trois semaines qu’il est mobilisé.

Publié le 16/04/2020 - Modifié le 16/04/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias