Un technicien de laboratoire travaille sur les virus respiratoires à l'Institut Pasteur à Paris, le 28 janvier 2020.
Un technicien de laboratoire travaille sur les virus respiratoires à l'Institut Pasteur à Paris, le 28 janvier 2020.
Thomas Samson/AFP
Article

Coronavirus: comment l'Institut Pasteur espère trouver un vaccin contre le Covid-19

Les chercheurs du monde entier sont sous pression pour trouver un vaccin contre le Covid-19. De nombreuses initiatives sont prises dans le monde. À Paris, l'Institut Pasteur est à pied d'œuvre.
Par Caroline Paré, Ophélie Lahccen -

Le professeur Frédéric Tangy est directeur du Laboratoire d’innovation vaccinale de l'Institut Pasteur, à Paris. C'est l'auteur du livre Les vaccins pour les nuls, aux éditions First. Lundi 30 mars, il était l'invité de l'émission Priorité santé, sur RFI.

RFI : Est-ce que les projets de recherche sont entourés d'un secret complet ou les différentes équipes communiquent-elles entre elles ?

Pr Frédéric Tangy : Les projets ne sont pas entourés d’un secret complet. On sait à peu près qui fait quoi. On ne se parle pas non plus au quotidien : chacun avance dans son coin. Les stratégies sont différentes, mais elles sont à peu près toutes basées sur les mêmes antigènes du virus SARS-CoV-2.

Du côté de l'Institut Pasteur, qu'est-ce qui est en cours ?

À l’Institut Pasteur, nous avons démarré dès janvier un projet de vaccination à l’aide d’une plateforme vaccinale qu’on a développée depuis plus de 20 ans : c’est le vaccin contre la rougeole. On fabrique des virus vaccinaux de la rougeole, qui expriment des antigènes additionnels et en l’occurrence des antigènes du SARS-CoV-2. C’est une plateforme qui a été éprouvée, car elle est déjà largement testée en essais cliniques, avec laquelle nous avions déjà fabriqué un vaccin contre le SRAS-1, il y a une dizaine d’années. Il s’était révélé très efficace dans les modèles animaux. Il n’a pas été développé en essais cliniques, car l’épidémie SRAS-1 a disparu très rapidement.

Nous avons donc lancé ce programme dès la mi-janvier. Notre projet a été sélectionné par le CEPI, qui est la Coalition pour la mise au point des vaccins contre les maladies émergentes. Il fait partie de la petite dizaine de projets sélectionnés par le CEPI. Ils sont donc largement financés et poussés en avant. Nous travaillons avec des industriels, pour le développement industriel des produits.

Beaucoup se demandent pourquoi on ne trouve pas un vaccin « tout de suite ». Qu’en pensez-vous ?

Un vaccin ne se trouve jamais tout de suite ! Généralement, la mise au point d’un vaccin prend de 6-8 à 12-15 ans. Il y a des étapes de recherche qui sont très longues, car tant que l’on ne sait pas comment ça marche, on doit trouver les antigènes, les moyens de protéger, prévenir les effets délétères que peut avoir un vaccin… On doit mettre tout ça au point, puis faire des modèles animaux. Ensuite, il faut qu’il y ait un développement industriel : la fabrication industrielle dans les bonnes pratiques de laboratoires, c’est aussi très long. Après, il faut faire des essais cliniques de phase 1, 2 puis 3, qui prennent tous des années. En l’occurrence, dans ce cas, on travaille avec une plateforme qui a été prouvée. On sait donc qu’on peut aller plus vite. La preuve : nous avons déjà 2 candidats-vaccins en cours de test chez la souris, donc la production industrielle commence d’ores et déjà.

On accélère les procédures. Les agences réglementaires accélèrent les procédures d’évaluation des dossiers. On peut aussi court-circuiter certaines étapes cliniques. La phase 1 de tolérabilité et de sûreté est absolument nécessaire et fondamentale. Quand cette phase est acquise, on peut peut-être, comme cela avait été fait lors du test d’un vaccin contre Ebola en Guinée, passer de la phase 1 à la phase 2-3 sur des individus à risque. C’est le seul moyen d’accélérer.

S'agit-il d'un vaccin vivant atténué (comme la rougeole ou la fièvre jaune) ou inactivé ? Dans le cas d’un vaccin vivant, il ne peut être administré à des personnes immunodéprimées. Or, ces patients qui sont notamment très vulnérables au Covid-19…

C’est un vaccin vivant atténué, basé sur le vaccin contre la rougeole. Ce vaccin contre la rougeole a été administré en 40 ans à au moins 3 milliards d’enfants à travers le monde, sans aucun effet adverse et avec une efficacité absolue de protection contre la rougeole pour la vie. C’est donc un outil très puissant, dont la fabrication industrielle est connue dans tous les pays. C’est un vaccin vivant atténué, mais on connaît sa base. Il est autorisé pour les personnes infectées par le VIH-SIDA. Bien entendu, il n’est pas autorisé en cas de très grande immunodépression. C’est très contrôlé.

Pourquoi entend-on parler actuellement, dans le cadre de traitements expérimentaux contre le coronavirus, du BCG (vaccin contre la tuberculose) ?

C’est un vaccin qui, comme la rougeole, induit une réponse non spécifique très large des réponses immunitaires innées. Le vaccin contre la rougeole a permis en Afrique de faire baisser de 60 % la mortalité infantile, entre l’âge de 0 et 5 ans. Il s’agit d’une très large protection.

Publié le 20/04/2020 - Modifié le 20/04/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias