Wadal Abdelkader Kamougué (D), Saleh Kebzabo (G) et Ngarlejy Yorongar (M) saluant leurs partisans le 23 avril 2011 à Ndjamena.
Wadal Abdelkader Kamougué (D), Saleh Kebzabo (G) et Ngarlejy Yorongar (M) saluant leurs partisans le 23 avril 2011 à Ndjamena.
Gael Cogne / AFP
Article

Tchad: mort de l'opposant Wadal Abdelkader Kamougué

Le général Wadal Abdelkader Kamougué, figure historique de l'opposition au Tchad, est décédé lundi 9 mai 2011 à Koumra. Âgé de 72 ans, il avait participé au coup d'État de 1975. Plusieurs fois ministre et vice-président du gouvernement d'union nationale sous Goukouni Weddeye, il avait défié Idriss Deby Itno lors de l’élection présidentielle de 1996.
Par RFI -

Admis dans la nuit du 8 au 9 mai en raison d'une grande fatigue, le général Wadal Abdelkader Kamougué est décédé à l’hôpital Baptiste-Seymour de Koumra. Il se trouvait dans cette ville du sud du Tchad pour soutenir des candidats de son parti, l'Union pour le renouveau et la démocratie (URD), aux élections législatives partielles de la semaine dernière.

signe plus

 « Il a marqué l'histoire du pays par son engagement ».

Mgr Ngarteri, archevêque de Ndjamena, le 10/10/2013, par Charlotte Idrac :

Agé de 72 ans et originaire du sud, Wadal Abdelkader Kamougué était une figure de l’opposition au Tchad. Il avait participé au coup d'État contre le président François Tombalbaye en 1975. Après la guerre civile de la fin des années 1970, il s’était replié au sud et avait formé une rébellion avant de s’exiler. Plusieurs fois ministre, vice-président du gouvernement d'union nationale sous Goukouni Weddeye, il avait présidé l'Assemblée nationale sous Idriss Déby Itno avant de se présenter contre ce dernier à l’élection présidentielle de 1996. Il avait alors recueilli plus de 30% des voix au second tour.

Le général Kamougué était à sa mort conseiller à la présidence de la République. En tant que dirigeant de l'URD, il avait appelé au boycott de l'élection présidentielle du 25 avril 2011.
 

Publié le 15/02/2019 - Modifié le 15/03/2019

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias