Premier musée sonore sur les Européens au goulag.
Affiche du Musée virtuel du Goulag.
Musée virtuel du Goulag 2011.
Article

Premier musée sonore sur les Européens au goulag

Ce vendredi 11 mars (2011) est lancé le Musée virtuel « Archives sonores-Mémoires européennes du goulag ». Avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, près d’un million d’Européens ont été déporté au goulag, dans les camps de travail soviétiques ou bien dans des villages isolés de la Sibérie et de l’Asie centrale. Le CNRS et RFI se sont associés pour créer les premières archives sonores de l’Europe du Goulag.
Par Valérie Nivelon -

Un jour de juin 1941, alors que les Allemands se rapprochent de Vilnius, capitale d’une Lituanie soviétique depuis peu, un officier du NKVD (la police politique de l’URSS) accompagné de soldats arrive au domicile de la famille de Teodor Shanin. Il vient tous les arrêter, en raison de leurs origines sociales. Teodor à 11 ans, et sa petite sœur 4 ans. L’officier a un geste étonnant : il leur dit que, compte-tenu des contrées difficiles où ils allaient être déportés, il fermerait les yeux s’ils laissaient la petite sœur à quelqu’un. Ce qu’ils firent, en la confiant au grand-père. Le père est condamné aux travaux forcés et envoyé dans un camp en Sibérie. Teodor et sa mère commencent alors un long voyage de déportation dans divers villages, depuis les montagnes de l’Altaï jusqu’à Samarcande. Une fois libéré des camps, le père de Téodor les rejoint. 

La guerre finie, Teodor quitte le pays en passant par Vilnius pour rechercher sa sœur. Il ne la retrouve pas… car elle a subi le sort de tous les Juifs de Vilnius. Elle a été fusillée très vite après l’arrivée des Allemands dans la ville. Teodor part alors en Pologne, qu’il fuit rapidement, en raison des violences antisémites. Il rejoint la France, Israël, puis le Royaume-Uni où il devient professeur d’université et l’un des plus grands spécialistes de la paysannerie russe. Dès le début de la perestroïka, il enseigne en Russie, tout en continuant son travail au Royaume-Uni.
 
Teodor Shanin rompt le silence
 
L’expérience de la déportation est un lourd fardeau que Teodor Shanin a porté toute sa vie, jusqu’à ce que le CNRS et RFI lui proposent de participer au projet « Archives Sonores-Mémoires européennes du Goulag », et qu’il accepté. Initiée par l’émission de RFI La marche du monde, coordonnée par Marta Craveri et dirigée par Alain Blum, cette longue enquête a été menée par treize chercheurs européens de huit nationalités différentes (français, italien, allemand, roumain, hongrois, lituanien, polonais, russe) dans quinze pays (Allemagne, Biélorussie, Estonie, France, Hongrie, Italie, Kazakhstan, Lettonie, Lituanie, Pologne, Roumanie, Royaume Uni, Russie, République tchèque et Ukraine).

150 témoignages de rescapés

Le musée virtuel « Archives sonores - Mémoires européennes du goulag », propose de mettre à la disposition des internautes plus de 150 témoignages et des photographies personnelles de rescapés. Le témoignage de Teodor Shanin est l’un des parcours de vie à découvrir sur le site. « Cet entretien était très fort, se souvient la chercheuse Juliette Denis, sobre et précis sur le déroulement de son histoire familiale, Teodor Shanin livrait son récit de vie pour la première fois, en toute confiance. Avec Alain Blum, nous étions encore plus émus que Teodor Shanin. »

 

Publié le 01/02/2016 - Modifié le 01/02/2016

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias