Audio
Mitterrand, l’Africain
Le président François Mitterrand et son homologue ivoirien Félix Houphouët Boigny, à l’Élysée, à Paris en juillet 1981.
Keystone-France/Getty
Lorsqu’il gagne les élections présidentielles le 10 mai 1981, le président François Mitterrand incarne le changement. Il est celui qui a promis « une ambitieuse politique à l’égard du Tiers-monde conforme à l’exigence de solidarité entre les hommes ». Une sacrée rupture, source d’inquiétude pour l’Afrique de « papa », les intérêts du pré-carré francophone vont-ils se dissoudre dans le tiers-mondisme du P.S. ?

46' - Première diffusion le 16/01/2016

Si François Mitterrand nomme le militant socialiste Jean-Pierre Cot au ministère de la Coopération et du Développement. Il ne sacrifie pas à la tradition du domaine réservé élyséen : Guy Penne est le Monsieur Afrique du président, bientôt rejoint par Jean-Christophe Mitterrand « papamadit ».
Du ministre de l’Outre-mer au président malade du second septennat, de l’Algérie au Rwanda, Mitterrand reste un « françafricain ».

Avec le témoignage de Jean-Pierre Cot, ancien ministre de la Coopération et du Développement (1981/1983).

L’analyse de Jean-François Dupaquier auteur de Politiques, militaires et mercenaires français au Rwanda aux éditions Karthala

Invité :
Christophe Boisbouvier, journaliste à RFI, responsable de l'émission l’Invité Afrique, auteur de Hollande l’Africain aux éditions La Découverte.

Publié le 02/06/2016 - Modifié le 19/01/2018 - Par Valérie Nivelon

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias